Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 13:49

INTRODUCTION

Quand on est né après la guerre et que celui qui va vous accompagner tout au long de ce passé recomposé est né avec l’Affaire Dreyfus et n’a pas connu l’avènement de Mitterrand au pouvoir, comment à partir de lambeaux de mémoires d’un quart de siècle et beaucoup d’archives et de fatras disséminés, recomposer la vie d’un inconnu qui fut tout à la fois le compagnon de scène de Jouvet, celui qui joua dans son enfance devant Sarah Bernhardt, Loti puis dialogua avec les témoins de son temps de Valéry à Mauriac pour enfin dans une autre partie de sa vie tutoya « Jean Jacques » et passa son temps à philosopher avec EM Cioran.

Comment  redonner vie à celui qui fut surtout une voix puisque « enfant prodige » (c’est ainsi que le qualifiait la presse de l’époque) dès l’âge de 10 ans son père l’exhibait tel un singe savant devant les cours d’Europe et dans les salons à la mode ? Plus tard il sillonna la France pour des centaines de conférences qu’il enregistra sur « Radio Cité » en 1937 mais qui n’ont jamais été enregistrées.

Alors que diable m’a pris au soir de ma vie, de ressortir ces archives familiales enfouies au creux d’un grenier pour essayer de vous guider sur les pas de cette homme dont le nom est « personne » et qui doit redevenir « quelqu’un » ou la postérité. Certains appelleront cela le « devoir de mémoire ». Et pourtant de tous ces poèmes, romans, essais, et correspondances, accumulés pendant un quart de siècle,  sa veuve au lendemain de sa mort en 1975 voulait que tout cela fut jeté dans la fosse au Père Lachaise sur un cercueil à peine descendu et rendu à la terre et à l’oubli.

Et il est vrai qu’il est bien difficile aujourd’hui de recueillir la parole des derniers témoins de cette époque, de tous ceux qui sont passés dans l’appartement parisien, dans la résidence du bord de Loire , pour un dîner ou un été et encore plus rares, ceux qui se souviennent de la silhouette de l’élégant mais fantasque jeune homme qui habita sur leurs terres en Périgord ou au pied de la Saint Victoire. 

Le projet a pourtant pris corps autour de L’Association Jean Jacques Rousseau dont Nemo fut le secrétaire général de 1947 à 1975 pour une donation à la Société JJ Rousseau de Genève et en vue d’un hommage posthume pour le Tricentenaire de Rousseau en 2012. Mais petit à petit, comme pour les archives de Jacques Nantet  (gendre de Paul Claudel, intellectuel oublié de la deuxième gauche) confiées par la famille au sociologue Pierre Grémion lequel s’est investi pour redonner vie à cet homme de lettres parisien, j’ai peu à peu pris à bras le corps une vaste période historique qui va de la fin du XIXè aux années Giscard avec chaque jour des découvertes ou au contraire des zones d’ombre, de périodes de grande créativité intellectuelle ou de crises personnelles et familiales sur lesquelles demeure encore le poids des secrets et des non dits.

C’est à une promenade dans le temps autour de figures connues ou inconnues, illuminées par l’actualité d’une époque puis oubliées par une autre, c’est ce qui fait ou non un destin selon le sens que prend l’Histoire et les engagements des uns ou la liberté des autres, que je vous propose de me suivre. Nemo fut en effet  de ces hommes insaisissables qui refusa la mise sous tutelle par une République des Lettres de l’entre deux guerres qui gérait ses contradictions et parfois rejetait ou bannissait, ce fut le cas lors du Congrès des Ecrivains ou lors des exclusions du Parti et pire encore des Chapelles du Surréalisme. Il est tantôt aux côtés de Barbusse, souvent aux côtés de l’ami JR Bloch et  toujours avec les siens, les poètes de Verhaeren à Vildrac, de Chennevières à Menanteau.

C’est donc l’ordre chronologique que j’adopterai avec trois grandes périodes de sa vie de l’enfance tourangelle aux salons fin de siècle et les scènes parisiennes du Château d’Eau puis la création d’un Groupe d’action intellectuelle baptisé « l’Ilôt » à l’instar de celui de Madame Louise Lara (de la Comédie Française) intitulé « Art et Action »  enfin le combat de sa vie pour son grand homme :Jean jacques Rousseau, des Commémorations aux conférences à travers l’Europe au militantisme pour un retour des cendres de Rousseau à Ermenonville.

Beaucoup d’inédits bien sûr éclairent cette vie à cheval sur deux siècles et nous donnent le ton du moment, des écrits parfois désuets, intimes toujours passionnés quand ils côtoient les grands esprits de son temps et parfois les politiques. Les correspondances croisées et le Journal de 1928 à 1941 sont de précieux  témoignages surtout quand elles laissent des traces, mieux qu’un texto ou un mél dans les tréfonds des Bibliothèques ou des archives de leurs auteurs.

Sans plus tarder plongeons nous dans ce destin hors du commun mais qui n’a pas l’heur des feux de  l’actualité même si les propos, parfois centenaires, sont d’une brûlante modernité.

Que tous ceux et celles qui ont aidé à remettre en lumière, soit de son vivant soit à titre posthume, l’œuvre et l’intense activité de ce passeur des lettres que fut Maxime NEMO soient remerciés. En 1975  après l’avis de décès dans la rubrique nécrologique du journal le Monde, nombreux sont ceux qui se souvenaient à des titres divers de la chaleur humaine et du message que ce grand humaniste athée n’avait cessé de prodiguer et montrèrent combien ils avaient succombé non seulement à son charme mais aussi à ses idéaux. 

“ Les poètes, parce qu’ils ont plus d’imagination, voient plus loin et plus réellement que les autres hommes. On fait sur eux la même erreur que sur les mystiques, lesquels, bien loin d’être dans la lune, sont les plus réalistes des hommes, quand ils s’en mêlent. ” (André Suarès à Jacques Doucet).

 

Patrick Y CHEVREL

Maxime-sur-la-tombe-de-Maxime.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by maximenemo
commenter cet article

commentaires

CHEVREL Patrick 19/10/2011 21:58


Sur ce site se trouve résumée la biographie de Maxime NEMO (1888-1975) accompagnée de photographies inédites extraites de ma collection personnelle et de nombreux liens vers des textes, essais,et
poèmes inédits. On trouvera également d'autres informations utiles sur le Blog : http://patrocle44.free.fr/nemo/parrain.html


Présentation

  • : Le blog de maxime nemo
  • Le blog de maxime nemo
  • : La biographie détaillée de Maxime NEMo (1888-1975) secrétaire général de l'Association JJ Rousseau de 1947 à 1975 . Nombreux textes inédits.
  • Contact

Recherche

Liens