Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 janvier 2022 7 23 /01 /janvier /2022 19:31

ANTOINE DE SAINT EXUPERY A-T-IL TOUJOURS QUELQUE CHOSE A NOUS DIRE ?

Antoine de Saint-Exupéry est mort le 31 juillet 1944, en héros. Cela fait-il delui un grand écrivain ? A cette question, Alain Finkielkraut et ses invités,Sylvain Fort (la plume du Président Macron) , et Vincent Tremolet de Villers (Le Figaro) , tentent de répondre et de voir au-delà de la candeur du "Petit Prince".
Alain FINKIELKRAUT: "Antoine de Saint-Exupéry est mort en héros. Mais cela fait-il de lui un grand écrivain ? A cette question, j'ai longtemps été tenté de répondre par la négative. La joliesse du Petit Prince, la propension à mettre une majuscule au mot homme, et des maximes telles que "aimer ce n'est pas nous regarder l'un l'autre mais regarder ensemble dans la même direction m'ont souvent détourné de le lire. J'avais besoin de formules moins creuses, de phrases plus coriaces, de nourritures plus consistantes et puis, j'ai lu le petit livre de Sylvain Fort, Saint-Exupéry Paraclet. J'ai compris à ses citations, à ses commentaires et à sa ferveur même, que Saint-Exupéry n'est pas un auteur gnan-gnan. J'entrevoyais alors de la profondeur à ce que j'avais pris pour de la mièvrerie ." Alain Finkielkraut

Sylvain Fort

    Lorsque la tendresse que vous éprouvez pour le monde est déçue, lorsque la tendresse que vous éprouvez pour les hommes, pour l'humanité est contrariée par la façon dont les hommes et l'humanité se conduisent, alors vous pouvez être porté au renoncement ou à l'indignation. Saint-Exupéry a choisi l'indignation, il a choisi le combat et ce combat, contrairement peut-être à sa légende, n'était pas d'abord le combat aérien mais le combat de la plume.

 

Vincent Tremolet de Villers

 La littérature de Saint-Exupéry, son œuvre si diverse, est probablement, d'un certain point de vue, inclassable et je dirais même mal classée. La littérature de Saint-Exupéry est une littérature de combat. C'est une littérature qui a non seulement une foi en l'homme mais qui a d'abord une foi dans le langage, dans la parole.
    Le problème, me semble-t-il pour Saint-Exupéry, c'est le dérèglement des
choses. Il a donné la plus grande et la plus belle définition pour moi de la civilisation, il appelle cela "un certain arrangement des choses", et donc, la civilisation n'est pas seulement composée de choses mais des liens invisibles qui les relient. Et ce qui l'inquiète, ce qui l'angoisse, ce qui nourrit sa colère, c'est qu'il voit ces liens se distendre un à un. La machine y participe, mais dans son projet final qui est une Citadelle, il pense pouvoir que l'homme est encore capable de la dominer.
_________________________________________________________________________________

Il a choisi le combat de la plume . Auteur inclassable ou mal classé.
Foi dans le langage et dans la parole car la parole reste une pureté une manière de retrouver en l'homme une source.
Citadelle: "Ceux que je hais c'est d'abord ceux qui ne sont point moi qui hais ce bétail et l'homme l'idée de sa substance sans patrie intérieure".
Il y a l'idée d'une modernité confortable Passion du bien être selon Toqueville un confort petit bourgeois que St Ex ne peut pas supporter.La matérialité de son époque le désespère mais ça va au delà.
Mais il y a aussi cette certitude qu'il y a un destin de l'homme et la matérialité est un dévoiement et dévoyer l'homme de sa vocation lui paraît le pire. Toutes les polémiques qu'il a pu avoir est que quelque chose dans l'homme s'est gauchi par un mauvais usage de l'intelligence.
Pilote de guerre s'édifie sur cette opposition de l'esprit et de l'intelligence.
" la vie de l'esprit est intermittente,la vie de l'intelligence elle seule est permanente.Rien de plus inquiétant qu'une intelligence qui aurait renoncé à cette vie de l'esprit".
Lettre au général x : "Je hais mon époque de toutes mes forces". St Ex est le protecteur d'un sanctuaire qu'il voudrait inviolé, d'une patrie en danger qu'est la patrie intérieure. En cela avec Simone Veil, Camus,et Heidegger, Bernanos,il pressent que l'époque moderne avec sa mécanique avec son cortège de robots et sa rapidité détruirait les silences de l'âme, la lenteur, la beauté,la passion, la conversation,l'amitié.
Et St Ex voit ça en 1942 et son oeuvre est toute contenue dans cette défense de l'âme humaine ou patrie intérieure.      
 "Etre tenté quand l'esprit dort, de céder aux raisons de l'intelligence"
Terre des Hommes: "Rien jamais en effet ne remplacera le compagnon perdu,on ne se crée point de vieux camarades". (St Ex a perdu Mermoz,et le plus cher de tous Guillaumet au temps héroïque de l'aviation postale)
Le combat de StEx n'est-il pas intemporel ou incontemporain c'est à dire, est-ce que sa grande inquiétude c'est le progrès technique ou la pente de l'homme à s'oublier dans l'existence, quelle qu'elle soit ?
Chaque époque propose à l'homme cet oubli de soi et à l'époque e St Ex c'est par le bienêtre la matérialité, la technique,et en d'autres temps c'était pour d'autres causes. Est-ce qu'il hait son époque parce qu'il idéalisait d'autres époques avant lui ?

Vincent Tremolet de Villers
"Il y a quand même chez lui, une nostalgie - quand il dit qu'en entendant un chant paysan du 15e siècle, on voit tout ce que l'on a perdu" ou encore, "il faudrait faire tomber sur le monde comme un chant grégorien", on peut imaginer cette nostalgie sur d'autres périodes, une déshérence.  Mais cette déshérence, 'il nel'attribue pas à la technique ou à l'outil. De l'avion, par exemple, il emploie ce terme : "c'est un outil". Un outil, ça s'apprivoise, ça se domine et ça se possède" Le problème pour St Ex c'est le déréglement des choses, sa plus belle définition de "La civilisation, ce certain arrangement des choses" (Saint-Exupéry)
La civilisation n'est pas seulement un ensemble de choses mais des liens infinis qui les relient entre eux. Et ce qui l'inquiète, ce qui l'angoisse, ce qui nourrit sa colère c'est qu'il voit ces liens se distendre, la machine participe mais dans son projet final il pense que l'homme est encore capable de la dominer.

La beauté du monde : "on a bouffé toute notre poésie puisqu'on a vécu jusque là".Céline (Voyage au bout de la nuit) Pour maintenir cette intensité poétique de son enfance sur une terre bénie et sacrée il ne faut pas bouffer toute sa poésie et son intensité contemplative l'aviation est immédiatement une possibilité "Il veut être comme un prisonnier délivré qui s'émerveille de l'immensité de la mer".
La technique nous arrache à la terre grâce à l'avion qui nous aide à oublier sa condition terrestre et la terre devient planète.On assiste à une planétarisation du monde qui permet de mesurer sa beauté.Depuis le ciel on redécouvre la vérité de son enfance perdue qu'il n'aurait jamais voulu quitter : "J'ai découvert que l'homme habite" (Citadelle)
Avec la prolifération urbaine et la destruction des paysages, on a oublié ce génie de l'habitat: les villages le long des fleuves,l'économie du monde.     
Thomas Pesquet a revécu les sensations de St Ex en envoyant des photos du monde, en montrant la fragilité et la finesse du monde depuis sa capsule spatiale.

Paraclet contient encore l'idée d'intercession au sens grec c'est celui qu'on appelle auprès de soi, c'est celui qui intercède entre les positions matérielles de l'homme et les dimensions du monde au sens cosmique :dans toutes les religions chrétiennes, juives et musulmanes l'homme a besoin d'intercesseurs.
Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de croyance en Dieu qu'il n'y a pas de croyance en l'âme et dans le sacré.
"On est amené à penser qu'une certaine morale moderne se bâtit autour de noms comme ceux de Simone Veil d'Albert Camus ou de St Exupéry, le nom de cette école serait le spiritualisme un chrétien est bien armé pour y résister avec violence" (Roger Nimier L'élève d'Aristote) Je pense que Nimier se trompe, St Exupéry sans le vouloir ou le savoir maintient l'esprit de l'âme au dessus de l'intelligence ,c'est un maître en inquiétude qui a permis à une époque fuir l'inquiétude spirituelle la possibilité de se maintenir, et il apparaît dans Citadelle comme habité de la notion de Dieu dans sa définition du sacrifice peu éloigné de sa dimension critique et c'est tout le paradoxe du personnage.
Il y a une dimension plus troublante chez lui qui est la prière:c'est un homme qui prie même s'il sait que le ciel est vide.l'acte de prier ce ne sont pas les gestes de la foi qui donnent la foi, on n'est pas dans cette problématique,la prière est une forme de renouement avec quelque chose qui dans le quotidien, dans le flux des journées se dissout. Ceux qui réellement adhèrent à une église quelle qu'elle soit peuvent s'épouvanter de cette spiritualité là, qui est sans règles, sansreligieux,et qui n'a gardé que des gestes, mais la ferveur et la constance même de cette spiritualité de St Exupéry le défend justement de cette vision new age de la spiritualité.

Il y a chez lui une dimension éthique dans son écriture et notamment dans Citadelle,l'opposition entre le préjugé d'autrefois et l'enthousiasme d'aujourd'hui. Il y a un côté sentencieux de St Exupéry qui continue à me gêner, alors que vous continuez à en parler Trémollet de Villers comme d'un poète fondateur. Dans Citadelle il y a cet échange entre deux jardiniers qui en dit long sur la spiritualité selon St Ex, ce qu'ils s'écrivent l'un à l'autre: "Ce matin j'ai taillé mes rosiers" comme si c'était le dernier mot de la sagesse biblique qu'il voulait nous transmettre.

C'est le désespoir ultime de Saint Exupéry car autant il est à la recherche d'un sens autant il bute sur cette conviction profonde dans cet ouvrage inachevé d'une profusion inouïe. Il y a quelque chose qui tourne en rond à force de penser que le ciel est vide,et qu'il faut continuer à prier, peut-être faut il s'attacher à l'immanence de quelque chose de borné de décevant. C'est constamment cette circularité de St Ex.Il y a beaucoup de contradictions chez lui, ce paradoxe de l'avion et de cette mystique paysanne et le paradoxe de l'arrachement à sa mère à ses soeurs, à sa famille à la maison de famille. Et pourtant constamment il s'en arrache, il s'en extrait pour retourner au désert et il en souffre; il ne s'accomplit pas au désert, il écrit à sa mère des lettres d'une tendresse immense.
Pourquoi St Ex a-t-il sans cesse voulu aller contre lui même, contre sa propre pensée: il veut croire, il prie, il croit que Dieu a fait quelque chose en ce monde et cependant il en vient à la taille des rosiers et il en meurt.
L'épreuve du désert est une phase cruciale dans Terre des Hommes où il a un accident, il frôle la mort et au dernier moment il rencontre un bédouin qui lui offre à boire. Cela donne lieu à des pages magnifique et à des considérations en effet sur l'ambivalence du rapport de St Ex au désert.
Ce qu'il a compris dans son désespoir et qui rejoint le discours de Benoït XVI aux Bernardins, le quarere deum (c'est à dire la recherche de Dieu) a été via les Bénédictins la transmission de la civilisation et qu'il faut donc cette alcool violent de la recherche de Dieu, cette force, cette intensité pour qu'une civilisation existe et qu'elle se perpétue. St Exupéry l'a compris mais pense que le ciel est vide et essaye de recréer dans Citadelle une piété, une prière, une liturgie et c'est là que le projet est forcément inabouti et peut-être même vain.

Saint Exupéry pendant la guerre: il a écrit pilote de guerre, il a fait la guerre puis s'exile aux Etats Unis, et là, il ne rejoint pas le camp gaulliste. Il a des polémique très fortes avec Maritain,certes en 43-44 il décide de rejoindre les unités combattantes, et meurt en mission le 31 juillet 1944.
Pendant la guerre il est rattrapé par son penchant son caractère qui le porte à la solitude.
A New York il s'extrait des chapelles et clans gaullistes et communistes des expatriés et prend un regard de surplomb, singulier alors qu'en période de guerre on est sommé de choisir son camp, ce qu'il se refuse à faire. C'est ce qui lui est reproché par Breton et Maritain, il a choisi le clan de la France mais ce n'était pas suffisant.
St Ex est allergique à la politique, c'est un héritier de Péguy dans son gout de la mystique mais il ne ressemble pas à Péguy dans la capacité à s'engager et à engager des gens derrière lui. Il n'est pas un guide comme Breton ou Maritain, il ne donne pas de consignes aux gens.
On retrouve le choeur antique dans les voix croisées de Breton, Maritain et St Exupéry dans ses "écrits de guerre"sur cette période tragique: celle de Maritain est la plus légitime et la plus aboutie mais celle de St Ex s'accomplit dans son sacrifice personnel et donc, la mort de St Ex éclaire son indécision ou son choix de la France de façon magnifique puisque les mots qu'il a prononcés ont été appliqués dans les actes.
Il a dit de l'armistice, "il comporte une part de laideur mais celui qui meurt est plus grave que celui qui capitule, vaincre ou mourir la formule est immense mais ce qui vaut pour l'individu n'a pas de sens précis à l'étage du peuple, de même ce  qui vaut pour la cellule ne vaut pas pour l'individu il est beau qu'un individu se fasse tuer sur un rempart il s'agit là de sacrifice mais le suicide d'un peuple où est sa grandeur,que quelques uns meurent pour le bien commun là est le devoir, que tous se suicident cela est absurde". Voilà comment il justifiait son acceptation de l'armistice et dans Pilote de guerre il est très clair: "je ne renierai jamais les miens quoi qu'ils fassent je ne me désolidariserai pas d'une défaite qui souvent m'humiliera, je suis de France". Il n'aimait pas que De Gaulle dise: "Jesuis la France". et c'est là le sens de sa polémique avec Maritain puisqu'il appella en 42 à la réconciliation des français, en disant "Vichy a disparu"et Maritain lui répondra: "On ne peut pas absoudre Vichy trop vite"

Saint Exupéry comprend les Français qui souffrent, il approuve dans une certaine mesure l'armistice, ça lui vaut des critiques haineuses et une incompréhension très forte. Et sa mort au combat est une sorte de rédemption finale.
Dès 1940 l'histoire avance mais un récit se construit qui déjà interprète l'histoire , c'est à dire qu'au moment même où les choses se font une fiction se bâtit. et St Ex refuse cette dissection de l'Histoire qu'on est en train de créer: la France n'est pas là plutôt qu'ici plutôt qu'ailleurs.Il y a les récits et puis il y a la vie ou la mort.
Breton était à New York comme St Exupéry, (une lettre publiée dans ses Ecrits de guerre mais qu'il n'a pas envoyé) Il s'agit d'un texte très contemporain, André Breton demande à St Exupéry des signes extérieurs de vertu, d'émotion, de compassion et d'héroisme, et St Exupéry lui répond qu'il est en train de "créer une société où l'homme n'est plus jugé sur sa qualité d'être mais sur son formulaire où les manifestes tiennent lieu de peurs où les voisins de palier s'énoncent en dénonciateurs ou en juges, où rien n'est respecté de la patrie intérieure" C'est une chose qui résonne étrangement aujourd’hui avec la possibilité des réseaux sociaux où des meutes peuvent se mettre en place et juger quelqu'un sur un simple propos sans aucune réserve; et St Ex décrit ce qui peut-être selon moi la vie de l'intelligence et l'inquiétude dont parlait Sylvain Fort tout à l'heure, de la fidélité à sa conscience, dans les périodes troubles, elle n'est pas simple et Saint Exupéry tatonne quand il répond dans sa lettre à Maritain et à Breton. Il sait que les poses ne sont pas avantageuses et il sait les véritables altéroides.   "Le bien et le mal traversent le coeur de chacun des hommes, et c'est cette frontière intérieure qu'il faut suivre et non pas imaginer qu'il y a d'un côté le mal absolu et de l'autre le bien absolu". Soljénitsyne
Extrait de la Lettre à André BRETON: "Il est dommage que vous ne vous soyez jamais trouvé en face de la mort consentie, vous auriez constaté que l'homme n'a besoin non de haine mais de ferveur, on ne meurt pas contre, on meurt pour, or vous avez passé toute votre vie à démanteler tout ce dont l'homme pouvait se réclamer pour accepter la mort"
"Vous êtes l'homme des excommunications , des exclusives, des orthodoxies absolues,des procès de tendance, des jugements définitifs portés sur l'homme à l'occasion d'une phrase de hasard, d'un pas, d'un geste. Si vous n'êtes pas l'homme des Bastilles, c'est faute de pouvoir et dans la mesure où votre faible pouvoir peut s'exercer vous êtes l'homme des camps de concentrations spirituelles"
Voilà qui est bien envoyé et il faudrait méditer cette phrase aujourd'hui.
"La liberté que vous défendez, c'est la liberté d'André Breton" Vous êtes exclusivement défenseur de la liberté d'André Breton !
L'inquiétude civilisationnelle de Saint Exupéry: il a écrit le 30 juillet la veille de sa mort à Elie de Voguë une lettre où l'on peut lire:
"Leurs phrases m'emmerdent, leur pompiérisme m'emmerde, leurs polémique m'emmerdent et je ne comprends rien à leurs vertus, la vertu c'est de sauver le patrimoine spirituel français en demeurant conservateur de la bibliothèque de Carpentras."
Et dans cette phrase j'ai pensé au coeur de la doctrine du Président Emmanuel Macron, puisque Sylvain Fort s'occupe de ses discours et mémoires.
Il dit: "le véritable clivage aujourd'hui est entre les conservateurs passéistes qui proposent aux Français de revenir à un ordre ancien, et les progressistes réformateurs qui croient que le destin français est d'embrasser la modernité."
Saint Exupéry et la politique n'étaient pas bons amis, il faut laisser aux politiques ce qui revient au politique et à la littérature et à la morale spirituelle ce qui lui revient, néanmoins, cependant aujourd'hui ce clivage entre conservateurs et progressistes, qui s'est imposé lors d'une campagne présidentielle, et fait florès montre bien que le conservatisme en politique et en philosophie par le détour du Royaume Uni largement.
Le progressisme est considéré par ceux qui ne s'y reconnaissent pas ou ceux qui sont sceptiques à son égard comme une certaine facilité ou passivité puisque ce qui se fait aujourd'hui ça doit être bon puisque ça se fait aujourd'hui.
Il faut distinguer le progrès humain, le progrès de l'esprit et l'humanité et le progrès technique. Aujourd'hui la difficulté c'est dans progressisme comme dans conservatisme on brasse les deux.

Ce qui compte aujourd'hui comme à l'époque de Saint Exupéry c'est le progrès de l'esprit, c'est le progrès de l'homme, c'est à dire de continuer à croire que l'homme peut s'accomplir dans quelque chose, que l'homme peut faire valoir les ressources de son âme de son esprit dans des tâches, dans un travail qui soient plus élevés que la simple subsistance quotidienne. Evidemment le progrès technique qu'on embarque dans cette vision du progrès n'est pas nécessairement favorable au progrès de l'homme et dans la notion de progressisme, les deux ne vont pas forcément ensemble. Et de même dans le conservatisme, il y a des gens qui se disent conservateurs et qui dans le domaine des nouvelles technologies de robotisations sont des gogos comme les autres.
A une époque nous pensions que la démocratie et les droits de l'homme était un acquis indépassable et de façons lancinante et lassante par des pétitions adlibitum qui avaient fini par nous épuiser aujourd'hui, retournons nous et regardons le monde . Tout ce que nous avons cru répandre comme Lumières, comme compréhension comme morale, comme vision de l'homme et Saint Exupéry y a contribué, est l'objet d'un reflux massif dans le monde tel qu'il va et ce qui nous oppose conservateurs et progressistes n'est en fait assez anecdotique au regard de la marche du monde et du désastre du monde tel qu'il est. Nous vivons peut-être un temps de détresse, de désastre au sens heideggerien du terme.
Pour revenir à Saint Exupéry Trémollet de Villers préfère à conservateur le terme de précaution, c'est à dire qu'il prendre la mesure du fait qu'un certain nombre de trésors que les siècles et les hommes ont façonnés peuvent disparaître très vite. Il y a un patriotisme de la compassion et une approche compassionnelle de la civilisation et lui, voit ces liens se distendre alors on ne peut le faire parler aujourd'hui et cela ne date pas de la victoire d'Emmanuel Macron mais il existe une inquiétude dans la société française de voir disparaître ce que St Ex énonce en ces termes :" le déjeuner sous la treille autant que la musique de Haendel, ces petits arrangements des choses qui rendent l'existence non pas supportable mais belle et que la vie moderne par son souci économique et sa volonté novatrice peut broyer". L'oeuvre de St Exupéry est une sentinelle qui nous dit prenez garde, ce que vous pouvez détruire on mettra des siècles à le reconstruire.
AF: L'opposition entre conservateurs et progressistes n'a plus beaucoup de sens parce que ceux qui la font implique que le conservatisme c'est l'immobilisme, il me semble au contraire qu'il faut une grande audace, une grande capacité d'initiative pour interrompre le mouvement que décrit Sylvain Fort, pour ralentir les processus. C'est cette audace que j'attendrais des politiques et pour cela il faudrait que la politique se mette au service de la civilisation et là peut-être que St Exupéry a quelque chose à nous dire, un conservateur de la bibliothèque spirituelle de Carpentras, du patrimoine culturel français or aujourd'hui il me semble que la politique est au service exclusif de l'économie c'est à dire au service du cycle perpétuel de la production et de la communication qui inquiétait déjà Saint Exupéry. On ne peut pas mettre en question les ravages du tourisme sans qu'un homme politique de droite comme de gauche vous réponde c'est très bon pour le PNB. c'est ce qu'a dit Rajoy en Espagne.
Sylvain Fort: je suis sceptique entre l'assimilation entre conservatisme et le ralentissement des processus, nous vivons au contraire à une époque où nous ne devons pas ralentir les processus mais purger certains processus qui ont été des erreurs des fautes politiques civilisationnelles, et le progrès ne se fait que si nous avons la capacité à renouer. Prenons l'exemple de l'Ecole, on n'est pas en train de ralentir un processus, on est en train de changer de circuit au sens de l'epistrophè grecque et qui n'a rien perdu de sa vigueur. Le processus de l'Ecole tel qu'il est en train de se réinstaller n'est pas conservateur, ni réactionnaire c'est un renouement pour essayer d'avancer ensemble.Le progressisme selon Fort c'est  Nous avons des ressources pour aller plus loin.        
Le gouvernement est traité de conservateur de vieux jeu , par une partie de la presse et je reconnais qu'il ya un côté conservateur de la bibliothèque de Carpentras chez Jean Michel Blanquer quand il dit que "les fables de la Fontaine doivent être apprises dès le plus jeune âge par les enfants des écoles et un sociologue François Dubet a dit c'est vieux jeu mais si ça peut calmer Valeurs Actuelles comment le lui reprocher comme si la Bibliothèque de Carpentras c'était l'extrême droite. En marche depuis 2017 si c'est la marche de Guillaumet ça contentera toute le monde mais si ce mouvement doit emporter avec lui ce qui demeure ça peut nourrir une inquiétude , or il y a un certain nombre de choses qui demeurent et que Saint Exupéry définit : la maison, l'amitié, la lecture , la contemplation, la vie de l'esprit et que ce mouvement menace .
Alors je ne dis pas qu'Emmanuel Macron le menace mais il y a une philosophie du mouvement qui se passe en Silicon Valley et qui est prêt à emporter le monde d'hier parce que ce monde là considère qu'il ne lui doit rien.
Terminons par une citation du grand ami de Saint Exupéry, Léon Werth, juif français qui est le dédicataire du Petit Prince ; il a écrit 33 jours un livre sur l'Exode et aussi un Journal "Déposition" ( Viviane Hamy) :21 octobre 1940
" Je tiens à une civilisation, à la France, je n'ai pas d'autres façons de m'habiller je ne peux pas sortir tout nu"
Antoine de Saint-Exupéry (1900-1944) et le rire des étoiles (France Culture) 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de maxime nemo
  • : La biographie détaillée de Maxime NEMo (1888-1975) secrétaire général de l'Association JJ Rousseau de 1947 à 1975 . Nombreux textes inédits.
  • Contact

Recherche

Liens