Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 15:16
Samedi 9 février 2013

Une visite à la Bibliothèque de l'Arsenal entre Bastille et Quai de Sully est toujours un enchantement doublé de surprises et de découvertes.Ce jour là je cherchais à relire les correspondances de Louise LARA Louise-Lara-copie-1.jpg (mère du réalisateur Claude Autant Lara) et figure du théâtre des années 20 à 30 dans le Paris de la Rue Lepic à la Comédie Française dont Anatole France disait "Madame LARA est grande par le talent et le caractère".
Son ami Georges Duhamel dira d'elle:"Si le courage, la générosité, le désintéressement, l'amour de la beauté, le don d'enthousiasme étaient bannis de la terre, toutes ces belles vertus s'iraient réfugier dans le coeur de Madame Lara."
Il ne m'en fallait pas plus pour découvrir les secrets de cette amie de Maxime NEMO qui creusera le même sillon au service du théâtre et de la poésie,l'une à travers "Art & Action" l'autre à travers "l'Ilôt".
Dans les cartons de la donation Bompard sur "Art & Action" je découvre épars: des portraits et photographies dédicacés du toulonnais Félix Mayol,de Romain rolland, du poète Maurice Rollinat, de Gaston Poulet de la Pavlovla et des dessins de Mlle Akakia-Viala mais aussi des manuscrits autographes de Stéphane Mallarmé, de René Ghil, de Rémy de Gourmont, de Guillaume Apollinaire,de Romain rolland,de Paul Claudel et d'André Gide.
Une exposition fut organisée à l'Arsenal en 1947 pour dévoiler les documents donnés par M.et Mme Autant Lara à la Bibliothèque nationale.Dans son allocution,Frantz CALOT (conservateur de l'Arsenal de 1944 à 1949)leur rendra hommage.
Voici ce qu'écrivait dès 1932, Francis Jourdain sur la vaste entreprise de ces illustres bienfaiteurs:
" Renouvellement de la matière théâtrale, de la forme et du fond, du contenu et du contenant (c'est à dire l'esprit du texte, la qualité du mot, voire sa qualité musicale.
Réalisation d'un synchronisme entre les divers modes d'expression dramatique- évocation de l'abstrait par le concret -
Utilisation de vieux thèmes, de vieux mythes, non point exhumés et restaurés, mais brutalement rajeunis, traités par une thérapeutique qui, sous la poussière ne respecte que le germe, l'extrait du cadavre, et le ranime. Puis aussi, recours à la fantaisie, à la bouffonnerie, pour rendre sensibles les penseurs les plus graves, les concepts les plus pathétiques.
"Transposition pour la scène de certaines ouevres qui, bien que n'étant pas écrites à cette fin, ont en elles un mouvement, un dynamisme susceptible de trouver une expression théâtrale" (exemple l'oeuvre de Rabelais)
M Mme LARA, généreux donateurs à l'Etat des archives, de toutes les archives du laboratoire d'Art et Action,recueillies et classées par leurs soins et qui ont été incorporées à la Collection théâtrale Rondel à la Bibliothèque de l'Arsenal pour y être conservées en pleine propriété dans l'avenir.
Parmi les représentations théâtrales du Groupe art & Action, on peut relever:
Hamlet de Jules Laforgue; le Partage de Midi de Paul Claudel; Ballet métaphysique de Fauconnet; Compère le renard de Georges Polti;Liluli de Romain Rolland; Gargantua de Rabelais; Micromégas de Voltaire; Pantoun des Pantoun de René Ghil.
J'ai pu consulter sous la cote 13775 à 13777 les revues et programmes de l'époque dont
"Les petits concerts" 5 séances de musique et de poésie du 26 janvier au 23 février 1923 avec Madame Croiza, Jacques Copeau et Eugène Wagner chez Mme Alexandre ANDRE, au 20 rue d'Aguesseau.
La revue "Art et liberté" Association pour l'affirmation et la défense d'oeuvres modernes" sise 2 rue Emile Menier Paris 16è avec un article intitulé : la galerie des Piolus civils" signé de Louise LARA Sociétaire de la Comédie Française et syndicaliste.
La revue "La Rampe" Magazine théâtral illustré de 1919  avec des articles sur la Naissance du poème, "la Prose symphonique" de Fernand Divoire, "Couleur du temps" drame en 3 actes de Guillaume Apollinaire.
La Revue la Nervie n°4  ( Revue franco-belge d'Arts et de lettres) Numéro spécial sur Art & Action 66 rue Lepic Paris M° Blanche.
"La Nervie est due à la collaboration d'écrivains et d'artistes épris d'idées saines, claires et neuves, soucieux d'un effort sincère vers la réalisation d'une oeuvre haute et désintéressée."
Portraits de Madame Lara et de Claude Autant Lara.L'article sur "Art & Action" est signé Fernand Divoire Divoire2où il relate les 70 spectacles dont une danse macabre du XIVè adaptée par Carlos Larronde.Divoire.jpg
La revue "Gestes" avec des textes de Raymond Duncan (1921) et des bois dessinés et gravés de Marc Roux.
Revue "l'Affranchi" n°1 - (Hiérarchie - Fraternité - Liberté) Revue mensuelle d'Art et Philosophie de Mai 1919 fondue avec l'Art. 5, rue Schoelcher Paris XIVè
Centre Apostolique, oeuvre d'action fraternelle. Fondateurs : Bruyez, Larronde et Revel.
Marcel Hiver: membre de la section française de l'Internationale ouvrière et de la Confédération du travail, Licencié en Philosophie.
Le Docteur Paul Jeanty :" savant, lettré, artiste et homme exquis"
Revue "l'Affranchi" (Noël 1018) lettre aux philosophes occultes. gérant: Carlos Larronde.
Cantique de la connaissance d'O.W.de Lubicz-Milosz sur la rivalité entre lithuaniens et lettons.

Repost 0
Published by maximenemo
commenter cet article
17 janvier 2012 2 17 /01 /janvier /2012 14:02

Jean Jacques, le devin et les oiseaux
S'il pouvait revenir, Rousseau constaterait sans doute que , deux cents ans après sa mort, ses "ennemis" n'ont pas désarmé. A moins que ce ne soit seulement le mauvais sort qui s'acharne: on devait donner deux représentations du Devin du Village dans le parc de la mairie de Montmorency (Val d'Oise). des gradins avaient été installés face à un cèdre magnifique( un cèdre planté par Jussieu ? C'est ce qu'on dit entre soi sans en être bien sûr.), on répétait depuis trois jours, le public était là, mais les musiciens ne venaient pas.
9h.30, 9h45... malgré la fraîcheur du soir, un peu humide puisqu'il avait plu dans l'après midi, il y avait seulement un peu d'impatience bien compréhensible : découvrir Jean Jacques compositeur, écouter un petit ouvrage charmant, une pastorale applaudie par le roi à Fontainebleau en 1752, qui devait servir de modèle à Bastien et Bastienne de Mozart, et de point de référence pendant plus d'un siècle au genre si particulier de l'opéra-comique français, cela aiguise singulièrement la curiosité; enfin les occasions ne sont pas si fréquentes d'aller à l'opéra à Montmorency.
Et puis, un peu avant 10 heures, le maire a dû s'excuser auprès des personnalités et auprès du public:
"les chanteurs acceptent de chanter, les danseurs de danser, le nouvel orchestre philarmonique de radio france refuse de jouer dans le parc de la mairie; la représentation est donc annulée, celle de demain aussi." Le public conspua les musiciens et s'en fut.
Mais la soirée n'était pas vraiment finie: dans la salle des fêtes qui fait face à la mairie, les instrumentistes devaient maintenant faire face au mécontentement des spectateurs  les plus eélés. Ils protestent sous les insultes : " Nous voulons jouer mais pas dans le Parc: un repli était prévu à l'église, on ne nous a pas laissé le choix." Les gens s'étonnent: "M. le maire ne nous a pas présenté les choses comme cela !"
C'ets vrai, l'église était prête, toute illuminée, avec un podium, des chaises, des pupitres ( il aurait seulement fallu renoncer à la mise en scène); mais à Orange et ailleurs, on a vu des musiciens accepter de jouer en plein air dans des conditions bien plus difficiles. Enfin la salle des fêtes, avec sa petite scène, n'offrait-elle pas, à mi chemin, une solution envisageable ?
Il n'y avait donc aucune raison d'annuler purement et simplement ; il faut croire que la musique est parfois  tributaire du ton sur lequel sont menées les négociations: vers 9h.30 , quand une vielle dame curieuse a regagné sa place en soufflant à sa voisine: " Maintenant ils en sont aux noms d'oiseaux !" , on n'avait plus guère de raison d'espérer.


Gérard CONDE  - Le Monde du 3 octobre 1978  page 25

Repost 0
Published by maximenemo
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 19:35

Répertoire de cent poèmes de MAXIME NEMO
Période de 1935 à 1973

Impromptu                          11 avril 1935                    Page       1
Souvenir de Trévoux                                                                    3
Entente                               Tours le 17 aout 1935                      4
Mot                                      16 novembre 1936                        10
Mot                                        2 décembre 1936                        11
Simple bonheur                   Noël 1936                                     12
En cinq minutes                                                                          15
« Tu vins »                                                                                   16
Mot                                        11 septembre 1937                     17
dimanche                              19 septembre 1937                    18
Pour tes trente ans                9 mars 1938                               19
Puisque claire éternelle beauté                                                 21
Après chagrin                                                                              22
Principes d’art                                                                             24
Contemplation : « lorsque de lumière vêtue tu gis en moi »  25
Souhait                                   1 janvier 1939                              27
Mot                                          2 aout  1939                                28
Pensée                                  21 septembre 1939 St Julien de Concelles  29
Mot                                          5 janvier 1940                              31
Ta nudité                                                                                       33
Anniversaire                           9 mars 1940                                34
Incidence : « Rêveuse, dont l’amour exhorte mon sein nu »   36
Mot                                         25 avril 1940                                 38
Mot                                         11 aout 1940  A notre retour à Troyes   39       
 Mot                                        21 septembre 1940                     41
Bord de l’eau                         3 octobre 1940      Troyes          43
Anniversaire                           9 mars 1941 « Tendres, tu vis »44
Chère, rien que ce mot                                                               45
Marine                                                                                           46
Souvenir                                                                                        47
Portrait                                    9 mars 1942 Anniversaire          51
Aquarelle                                Printemps 1943 Souvenir de notre vie à Ker Paulo    53
Absence « Pendant que tu étais au loin »                                54
Même absence                     Juillet 1943                                   55
Cadence                                 Souvenir de Paris à Ker Paulo de 36 à 39   56
Anniversaire « Intime à notre émoi » Anniversaire 9 mars 1943                57
Le jardin sous la neige                                                                59
Souvenir                                  5 avril 1935-5 avril 1944            61
Sans toi                                  24 décembre 1944                      63
Fin d’année                            26 décembre 1944                     64
Anniversaire                           17 février 1945    « ce soir »      65
Souvenir du 17 février            17 février 1945                           67
5 avril     (A)                              1935-1945                                 69
Même texte (B)                        1935-1945                     70-71-72
Le poème que je nous devais  25 juin 1945                      73-76
Paix retrouvée                           Sans date                                77
Coïncidence manquée                                                               79
Rappel du 12 mai 1935                                                              81
Simple passage pour nos 15 ans 12 mai 1950                       82
Dans un train qui m’emportait encore 27 mai 1952                83
Bientôt ce livre sera clos           10 juin 1952                            84
Cadence                                      17 février 1955                      85
En souvenir du 5 avril                  1955 Thouaré sur loire         86
Ta peine                                                                                        87
Poème sur la mer                        12 juin 1959                           88
Incandescence « Nos 25 ans »  8-16 mai 1960                      89
Simple rappel après 25 ans                                                       90
Nuits                                               12 – 25 mai 1935 – 1960    91
Mon amie                                       19 juin 1967                          93
Anniversaire                                   17 février 1968    94-95-96-97
En Aout                                           20 février 1968                     98
Siouvenir du 12 mai : La période de l’inconnu 12 mai 1971   99-100
Souvenirs                                        17 février 1972                    101-102
Souvenirs                                         avril 1972                             103
A Mademoiselle                             17 février 1973                     104-105


                                                                       F I N

Repost 0
Published by maximenemo
commenter cet article
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 20:56
Jeudi 24 novembre 2011

La pensée moderne de Teilhard de Chardin

"Les Racines du Ciel"de Frédéric LENOIR -France Culture - 21 novembre 2011transcription par Patrick Y Chevrel

Invité : Jacques MASUREL a fait une carrière dans l'industrie en France, au Japon, en Suisse, et aussi Vice Président de l'Association des Amis de Pierre Teilhard de Chardin et auteur de plusieurs ouvrages dont "Teilhard de Chardin visionnaire d'un monde nouveau " avec André Danzin  (Ed. du Rocher 2005) Association "Sauvons le Climat"
QUI ETAIT TEILHARD DE CHARDIN ?
Il est né en Auvergne tout près de Clermont Ferrand le 1 Mai 1881 dans une gentilhommière d'où la vue plonge sur Clermont Ferrand qu'il a grandi.Son père Emmanuel Teilhard était le père de toute une ribambelle d'enfants, c'est intéressant de le signaler car son fils tenait un peu de lui, c'est un géant 1,95 de haut, un érudit,passionné de la nature qui se faisait un devoir de former, à travers de longues promenades dans la nature,sa nombreuse descendance.
Ce qui est amusant c'est que la mère de Pierre Teilhard de Chardin, née Berthe Dompierre d'Ornoy est en fait l'arrière petite fille de Marie Harouet qui fut la soeur de Voltaire.
Quand on sait que cette sainte femme se rendait tous les jours à pied à la messe,et faisait quelques kilomètres pour se rendre à l'église, on peut se demander si notre bon vieux Voltaire ne se retournait pas dans sa tombe.
QUELLE A ETE SA FORMATION ?
Il a eu une formation tout à fait classique pour l'époque, il a été formé chez les Jésuites, et de là a fait un séminaire jésuite.
Sa formation scientifique il l'a acquise chez les jésuites pour une bonne part. Son premier poste a été d'être nommé au Caire comme professeur de physique chimie de là il est rentré en France,il a suivi des Cours au Collège de France et a terminé ensuite sa formation philosophique et théologique pour son noviciat à Hasting car à l'époque les Jésuites étaient interdits en France.
SA CARRIERE DE JESUITE
Très vite il a été envoyé, compte tenu de ses compétences, en mission en Chine pour aider un jésuite paléonthologue.Ce séjour a été extrêmement productif puisqu'il a aidé à découvrir sinon à authentifier le sinanthrope.Il a pris contact là avec toute la communauté scientifique qui vivait à Pékin,et il a réellement fait encore un grand pas en avant dans ses connaissances.C'est là qu'il s'est passionné sur la géologie, l'histoire de la Terre. D'ailleurs Teilhard, c'est venu un petit peu plus tard,a été le premier géologue qui a dressé une carte géologique complète de la Chine.
Une parenthèse, aujourd'hui Teilhard en tant que scientifique est nettement plus connu en Chine qu'en France c'est assez pardoxal puisque tous les paléonthologues ont comme ancêtre commun, si on peut dire,Pierre Teilhard de Chardin.Il est donc très connu et réputé en Chine.
QU'A-T-IL DÉVELOPPÉ COMME PENSÉE PHILOSOPHIQUE ET THÉOLOGIQUE ?
Là on rentre complètement dans le développement de sa pensée. Sa découverte  s'appuie sur sa vision de l'évolution issue de Darwin pour une part, de Bergson et surtout de son expérience scientifique de sa découverte de l'évolution à travers les fossiles qu'il a ramassés de ci de là et depuis sa plus tendre enfance. Toute sa pensée a été d'essayer de rapprocher cette vision scientifique, pour laquelle il n'avait aucun doute, et la pensée religieuse, ce qui lui a valu d'avoir très vite des problèmes assez sérieux avec son ordre et plus exactement avec l'Eglise, on ne sait pas trop comment mais enfin vers les années 20, il a écrit un papier sur le paradis terrestre remettant en cause complètement cette notion de paradis terrestre. C'est un document je crois qu'il avait rédigé sur le coin d'une table et qu'il avait envoyé à un de ses amis jésuite,et on ne sait pas comment, ça n'est toujours pas expliqué,comment ce document est arrivé à Rome et ça a été le début de ses ennuis. Une précision là dessus, Teilhard n'a jamais été mis à l'Index, il y a simplement eu un "Monitum" c'est à dire au fond un avertissement de prudence qui a été édité par le Vatican,mais après la mort de Teilhard quand le Père de Lubac a produit un ouvrage de présentation et de défense de l'oeuvre de Teilhard. 
AU FOND IL A CHERCHE A RECONCILIER LA SCIENCE ET LA FOI
Exactement il a essayé de réconcilier ses deux convictions, car au fond c'était un grand chrétien malgré ses petits problèmes avec l'Institution,et un grand scientifique.Ses oeuvres scientifiques représentent deux fois plus d'espace que ses oeuvres théologiques et elles sont encore aujourd'hui au Muséeum d'Histoire Naturelle et c'ets assez considérable.
Pour lui il fallait absolument rapprocher cette vision de l'évolution de la conception religieuse qu'il avait.Tout ets parti de là et en fait, l'origine profonde de sa pensée est venue dans les tranchées de la Guerre de 14. Il avait été mobilisé, non pas comme soldat de par son statut de jésuite,mais comme brancardier où il a eu d'ailleurs une conduite remarquable, il a eu la croix de Guerre à titre de brancardier, ce qui était tout à fait exceptionnel.
 Et en fait il a afûté toutes ses pensées qui germaient déjà depuis pas mal de temps dans les tranchées au son du canon.Cette vision des masses qui se jetaient les unes contre les autres,quelque part l'a marqué et je crois que beaucoup d'idées sont venues à ce moment là.
 QUELLE EST CETTE PENSEE DE TEILHARD DE CHARDIN ?
 La convergence entre l'évolution et la religion.C'est la ligne de la religion qui devait bouger et ce que disait le catéchisme sur l'évolution de l'homme et de la vie.
Pas tout à fait, ce qui lui a semblé fondamental c'était de découvrir un sens à l'évolution et de dire dans quelle mesure en comprenant ce mécanisme de l'évolution,il pouvait éclairer la religion ou disonslui  donner un autre éclairage.
Il était à l'opposé des créationnistes aujourd'hui,à une époque où l'on croyait encore que le monde avait été créé il y a 6000 ans et qu'Adam et Eve avaient vécu sur terre etc..Il fait partie de ces premiers savants et théologiens chrétiens qui ont remis en cause tout ce discours fondamentaliste qui lisait la Bible à la Lettre.
 Ce qui l'a marqué c'est d'avoir découvert cette continuité qu'il y avait entre le Big Bang ( la notion apparût à la fin de sa vie) et  aujourd"hui et au fond de constater que tout au long de l'existence de l'Univers de 14 milliards d'années celui-ci a évolué dans un sens bien précis, ce sens est marqué par une montée de complexité.
 je crois que cette idée de croissance de la complexité dans l'Univers,c'est réellement l'idée fondamentale qu'a apportée Teilhard.
C'EST UNE IDEE REPRISE AUJOURD'HUI PAR TOUS LES SCIENTIFIQUES
 Trin Van THUAN astrophysicien américain qui s'émerveille de la croissance de cette complexité qui montre que tout part des étoiles pour arriver au cerveau humain, il y a cet extraordinaire mouvement de l'évolution. Et Teilhard est le premier a dire qu'il y  un sens à cette complexité initié par bergson avec l'évolution créatrice mais lui est allé beaucoup plus loin. C'ets Teilhard qui a érigé cette notion de complexité en système.
Etant paléonthologue, il est parti du vivant où l'évolution se voyait assez bien à travers les différents philomes et il s'est dit, ce raisonnement ne s'applique-t-il pas depuis le Big Bang et en fait il s'applique parfaitement.Si vous prenez un atome, c'est pas tout a fait évident: comment l'atome est-il sorti de la soupe originelle en quelques minutes d'ailleurs, pourquoi ces électrons tournent autour, pourquoi il y a des quartz et ces noyaux ? Puis cette évolution est passée aux molécules et enfin aux cellules vivantes et c'ets là où teilhard avait commencé au fond et il a extrapolé sa vision de paléonthologue à l'ensemble de l'Univers et là on rejoint Trin Van Thuan et beaucoup de scientifiques.  Il n'a pas seulement cherché à écrire une histoire de l'Univers et de la Vie,il veut montrer qu'il y a une sorte de finalité à l'oeuvre dans la Nature.
PARLER DE FINALITE A L'OEUVRE DANS LA NATURE C'EST UN LANGAGE PHILOSOPHIQUE
Quad il dit il y a un point oméga qui attire la création vers lui, alors là on n'est pas du tout dans le domaine scientifique.
Le Teilhard avec la casquette scientifique,sa gabardine et son petit marteau qui va taper dans les rochers, s'arrête en disant : "Manifestement il y a une évolution qui va dans un sens donné."
C'est l'autre Teilhard, le théologien qui extrapole et essaye de faire le lien. 17'00  
Ce qui touche chez Teilhard de Chardin c'est sa sincérité, celle d'un homme qui a une foi extrêmement profonde, qui ne doute jamais mais qui néanmoins ne rejette pas d'un revers de la main les vérités scientifiques qu'il a pratiquées et qui cherche à établir un pont entre ces deux certitudes ouvertes et en évolution en accord avec sa pensée.
Il y a peut-être une puissance maîtresse et souveraine qui dirige cette évolution et c'est étonnant que l'Eglise ait empêché la publication de ses ouvrages de son vivant et qu'elle l'ait envoyé à l'autre bout dela terre pour trop développer ses idées en public.
Ce sont pourtant ces genres de personnes qui permettent à la religion de rester crédible.On était encore dans la lutte de l'"Eglise contre les idées modernes issue de Pie IX et cela a duré jusqu'à Vatican II qui a été profondément inspiré d'ailleurs par les idées de Teilhard.   
 Lecture de "Science et Christ" où il explique cette idée qu'il a de cette évolution dirigée par une finalité. Il ne dit jamais Dieu mais on entend bien qu'il y a une puissance intelligente qui fait se mouvoir la matière vers quelque chose de plus en plus complexe.
 " Il existe se propageant à contre courant à travers l'antropie une dérive cosmique de la matière vers des états d'arrangements de plus en plus centraux compliqués, ceux-ci en direction d'un troisième infini, infini de complexité aussi réel que l'infini et l'immense. Laissée assez longtemps à elle même sous le jeu universel et prolongé des chances, la matière manifeste la propriété de s'arranger en groupements de plus en plus complexes et en même temps de plus en plus sous tendus de conscience. La vie ne se diversifie pas au hasard en tous sens mais laisse voir un direction absolue de marche vers des valeurs de consciences croissantes. Sur cet axe principal, l'homme est le terme le plus avancé que nous connaissions. Si l'Univers a réuissi l'invraissemblable travail de faire naître la pensée humaine au sein d'un réseau qui nous paraît inimaginable de hasards et de mauvaises chances,c'est qu'il est au fond de lui même dirigé par une puissance souverainement maîtresse des éléments qu'il compose."
 Il pense donc au coeur de sa pensée qu'il y a une intelligence, intention pourrait-on dire, qui est à l'oeuvre dans tout processus d'évolution qui doit conduire jusqu'à l'homme.
 Teilhard a tenté d'expliquer sa pensée tout en restant dans le domaine de la philosophie.
Pour lui la conséquence est une montée de complexité. ce type complexité d'où vient-elle ?
Elle vient de l'assemblage d'éléments qui ont été faits à l'échelon de complexité inférieur. Il y a des atomes qui se sont assemblés entre eux créant des molécules qui s'assemblent et font des produits de plus en plus complexes et donc comme le dit la citation, il y a une tendance intrinsèque à la matière à s'assembler. Alors comment cela se passe-t-il ?
L'explication qu'il a donnée devient de plus en plus crédible car à son époque elle était réellement un peu éthérée, disons osée, c'est cette notion d'esprit matière autrement dit, il en vient à dire, il n'y a pas une dualité absolue entre la matière et l'esprit; la matière en quelque sorte sous-tend une certaine dose d'esprit.cela peut paraître à son époque un peu osé et fantaisiste,en fait ça l'est de moins en moins aujourd'hui.
 Aujourd'hui il y a les théories de l'information: on se rend compte que information, matière et énergie,sont les 3 éléments qui sont au coeur réellement de la matière. La notion de logiciel était floue à son époque. L'autre aspect porte sur les théories quantiques, aujourd'hui ondes ou corpuscules, on ne sait plus très bien ce qu'est la matière. Dobc cette conception de Teilhard d'esprit matière est quelque chose de plus en plus recevable sans qu'on ait tiré la quintescence de ce raisonnement mais cela devient de plus en plus recevable.
la complexité n'est pas une accumulation comme des rochers mais comme celle du cerveau humain qui est considéré aujourd'"hui comme le maximum de complexité disponible sur la terre et probablement dans l'Univers. La complexité ce sont des milliards de cellules,qui sont assemblées elles mêmes par des millions de connexions, ce qui fait quelque chose d'absolument considérable.
Ce qui est curieux pour un religieux, c'est qu'il y a presque une origine mécaniciste de l'esprit, en quelque sorte la matière secrète de l'esprit ce qui n'est pas très catholique.  L'évolution peut produire, sans l'aide de Dieu,par les mécanismes naturels, peut produire l'être humain dans sa complexité actuelle. " Dieu fait en sorte que les choses se fassent mais ne les fait pas lui même"  c'est là qu'il se démarque des promoteurs du dessein intelligent aux Etats Unis qui ont tendance à dire que dès le départ Dieu prévoyait que viendrait l'homme mais il a dû intervenir à des moments décisifs, comme l'apparitionde l'homme par rapport aux autres vivants pour créer un esprit spirituel. Pour Teilhard en revanche, l'esprit humain est le fuit d'un processus qui dure des milliards d'années.
Rien n'empêche cependant de penser mais on est dans l'extrapolation,que derrière le hasard, Dieu est là pour piper les dés mais ça nous ne le sauront jamais...
Il y a des citations où il n'est pas loin de ça c'est derrière la notion de providence. 
L'HOMME COMME CO-CREATEUR ?
La création a sucité un homme qui est aujourd'hui relativement libre. Chez les animaux, la création était dirigée, il n'y avait pas d'espace de liberté. Est arrivé un être libre qui raisonne, il peut ne pas suivre l'Univers et la Nature, il peut échapper aux lois de la Nature pourle meilleur et pour le pire donc il devient co-créateur.  
Autrement dit dans la conception de Teilhard, la création s'est attachée un auxiliaire qui est l'Homme.
DANS QUEL BUT DIEU AURAIT-T-IL  VOULU UN ETRE LIBRE ET CO-CREATEUR ?
Pour faire quoi ? Dans quel but ? C'est là que l'on rejoint la théologie., pour rejoindre Dieu. Comment voulez-vous qu'un être qui n'ait pas d'intelligence, qui n'ait pas de conscience, qui n'ait pas de liberté,puisse rejoindre le créateur qui par définition est libre. Cela rentre assez bien dans cette logique , c'est à dire que tant que la création n'a fait que des cailloux et des pierres,on ne voit pas très bien l'intérêt. le but de la création c'est nous en tant que co-créateurs qui peuvent faire des bêtises .
Le problème du mal est inséparable de celui de la Liberté.On a bien vu que la création doit par nécessité donner la liberté à l'homme. Alors pourquoi Dieu, et c'est tout le problème du mal,Dieu tout puissant parfait et bon a-t-il permis au mal de s'insérer dans le monde ? C'est un problème sans réponse, on trouve bien quelque acrobaties mais c'est assez limité.
Hypothèse 1- Dieu ne peut pas créer du parfait parce qu'alors il se referait. Il faut une distance entre lui infini et l'être créé
Hypothèse 2- Dieu a volontairement limité sa responsabilité pour nous laisser la liberté, en quelque sorte, c'est un Dieu en SARL et avons que c'est effrayant.
Hypothèse 3- Le christianisme insiste sur la faute originelle, une sanction posthume, nous sommes des anges déçus et nous payons les fautes commises jadis par nos ancêtres.Ce n'est pas très gai car on ne sait pas exactement qui a fauté.Adam et pourquoi pas Eve, on n'en sait rien. Pourquoi donc ce n'ets pas non plus une explication satisfaisante.   
Teilhard lui, propose cette explication que l'Univers n'est pas achevé,qu'il est en genèse, qu'il est en enfantement. Le mal serait donc un sous produit de l'inachèvement de l'évolution. Nous allons vers la perfection quand le monde aura réellement atteint les objectifs que s'est fixé le créateur mais en attendant disons qu'il n'est pas très confortable. Le problème du Mal et celui de la Création reste le problème fondamental.
On peut broder autour mais c'est un mystère. 34"
Teilhard était plutôt mécaniciste donc du côté de Descartes qui d'ailleurs était aussi un jésuite mais j'ai plutôt pensé à Pascal.
Teilhard met en avant le système de La primauté de la raison, de la pensée comme marques distinctives de l'humain ce qui renvoie au texte célébrissime de Pascal:"Le roseau pensant" et au texte de Pascal ou il parle de l'homme ange capable de penser l'infini et bête qui se conduit mal. "L'homme n'est qu'un roseau, le plus faible de la nature.. mais qu'il sache l'un et l'autre".
 La pensée de Teilhard et celle de Pascal se rejoignent tout à fait. La différence viendrait seulement du niveau de connaissance acquise entre Pascal et teilhard ce qui permet à Teilhard de dire: "l'homme n'est petit que si l'on choisit certaines dimensions."
 Si on choisit les dimensions géométriques et le temps, l'homme est tout petit, c'ets un roseau et même bien moinspar contre si on considrère que les dimensions fondamentales de la création , c'est la complexité et c'est la pensée,et là je rejoins tout à fait pascal, à ce moment là, Teilhard a admirablement montré que l'Homme était le plus grand puisqu'il est l'aboutissement de plus achevé de la Création; Teilhard réhabilité l'homme et l'a replacé l'homme au centre du jeu.
 Rappelons que Pascal était scientifique et qu'il était pris dans cette même difficulté de faire se rejoindre son expérience scientifique et son expérience de la foi,la différence cependant est que Pascal au bout du compte est tragique, à un moment il pense qu'il faut abandonner la raison alors que Teilhard de Chardin est fondamentalement optimiste et qu'il croit absolument que la raison et la foi peuvent marcher d'un même pas.
 Teillard était bien éloigné des Jansénistes sous cet angle là. young teilhard
 TEILHARD PENSEUR OPTIMISTE ET CONFIANT DANS L'AVENIR ?
 Il est confiant pour deux raisons: d'abord parce qu'il croit en l'Homme, il croit que l'Homme a un potentiel tout à fait considérable,et ce potentiel ce n'est pas l'Homme en tant qu'individu, c'est l'étape suivante, c'est l'homme en tant que Société.
 Il croit que l'avenir de l'homme c'est la société et non pas l'évolution biologique de l'individu. Peut-être serons nous encore plus beaux, vivrons nous plus vieux, resterons nous éternellement jeunes, mais l'homme ne va que très peu évoluer. L'étape suivante pour Teilhard de l'évolution c'est la société.Au fond  quand il dit ça, il ne fait que reprendre ce qu'il a constaté depuis le début , en fait nous sommes les briques de l'étape suivante.
 Est-ce que l'étape de la société ne passe pas par l'évolution de la conscience des individus.Est-ce que ce n'est pas parce que les individus seront plus éclairés, plus intelligents, plus conscients plus évolués que les sociétés vont évoluer. 
 Le potentiel de la société dans la mesure où ce potentiel est bien coordonné, et tout le problème vous l'avez là,dans la mesure où tous les gens travaillent ensemble, où ils arrivent à établir entre eux des relations qui sont non pas d'ordre de coercition, Teilhard ne croit absolument pas à un gouvernement mondial mais qui sont de l'ordre au sens très large, de l'amour, de l'amitié de la camaraderie, (qui sont des sentiments individuels mais nécéssauire pour produire ensemble au lieu de penser seulement à soi) 
 Bien entendu c'est dans ces qualités que se manifeste le lien social, mais il faut que certains individus veuillent les développer. Vous mettez là le doigt sur quelque chose d'essentiel pour Teilhard , l'homme doit être optimiste, croire au progrès au sens large, l'homme doit croire en l'avenir, croire à sa finalité dans le sens de son existence.
 Et on le voit aujourd'hui, si les hommes ne croient plus à rien, "ils vont se mettre en grève". Ils ne vont pas vouloir continuer parce que le chemin qui est tracé par l'évolution est un chemin qui est rocailleux, ce n'est pas du tout un long fleuve tranquille, il y a donc des étapes diificiles à franchir et on ne les passera que dans la mesure où il y a un regain d'optimisme dans la création où les gens savent où ils vont.
 C'est le grand message de Teilhard.
 On a connu cette idéologie du progrès qui était très très forte au XVIIIè et au XIXè siècles, mais de manière assez matérialiste, assez positiviste, c'était l'idée que l'homme par les seules forces de sa raison allait progressivement créer un paradis terrestre,le bonheur sur terre dans des sociétés parfaites etc..Et puis on a eu le XXè siècle avec deux guerres mondiales atroces, avec Hiroshima, avec Aushwitz, et cette foi dans le progrès a reculé à partir de ces expériences. 
 QU'EST-CE QUI PERMET À TEILHARD EN TANT QUE POSITIVISTE ET HOMME DE FOI, DE CHRÉTIEN, DE CROIRE QUE L'HOMME,VA TOUJOURS ALLER VERS UN MIEUX.
 Qu'estce qui lui permet d'argumenter cette conviction ? 
 Il y a d'abord l'accroissement des connaissances et ensuite une raison plus théologique et philosophique,qui consiste à penser que si la création,l'univers,si le système d'évolution,qui préside à l'évolution du monde depuis le Big Bang,a toujours continué dans le même sens,c'est à dire avec cette montée de la complexité, cette montée de l'esprit, si depuis 14 milliards d'années ça n'a pas dérivé autant qu'on puisse le voir, pourquoi voulez vous penser que subitement ça dériverait ? C'est relativement peu crédible.Alors ça veut dire que le créateur a dû mettre, tout en nous laissant de la liberté, quelques garde fous assez larges mais sur lesquels on va se heurter et se faire très mal, mais l'un dans l'autre les choses vont continuer à avancer, et je ne vois aps pourquoi elles s'arrêteraient.
 QUEL EST L'ETAT DE SOCIETE A LAQUELLE IL CROIT ?
 Comment caractériser ce monde auquel il aspire et auquel il croit qui serait l'aboutissement de ce processus de complexité.
On peut répondre par la négative en disant ce que ne serait pas ce monde et là on sent très bien l'influence des deux guerres mondiales,qu'il a vécues de très près.
Pour lui un mone coercitif, autrement dit, faire marcher tout le monde dans la même direction par la force est quelque chose de tout à fait impossible et il donne une explication qui est presque d'ordre biologique. Il nous dit, quel a été le moteur de cette complexité, c'est bien la diversité, c'est par l'assemblage de briques extrêmement diverses,que l'on crée unautre élément. Dans la mesure où la société marche au pas cadencé, dans la mesure où il y aurait un gouvernement mondial,et qu'il n'y a plus d'espace de liberté,la créativité va disparaître, donc l'évolution va disparaître donc c'est absolument contre nature.
Ce qui ne veut pas dire qu'il faut laisser partir les gens n'importe comment. Il faut que s'établisse entre les humains,et il y a là une part d'utopie sûrement,des forces d'un autre ordre,qui sont des forces d'amour, de confiance, d'amitié. Il faut que ces forces là prennent le pas sur les forces de coercition,relativement matérialiste, mais cela ne veut pas dire qu'il faille abandonné forcément le matérialisme,qu'il faille s'adonner aux Robespierre de la bougie ou à des gens comme ça. Il faut seulement apprendre davantage à être tous ensemble.
 COMMENT INSCRIT-IL SA FOI CHRETIENNE A L'INTERIEUR DE TOUT CELA ?             
 Qui est le Christ et qu'est-ce qu'il est venu apporter sur terre pour participer à ce processus de l'évolution ?
 Je renvoie à votre livre "Comment Jésus est devenu Dieu" de Fredéric Lenoir où vous avez remarquablement montré qui était Jésus.C'est devenu avec Constantin un dogme, il y a là un espace, c'est difficile de répondre sans choquer.. (silence)
 Je pense que Teilhard a une visiondu Christ extrêmement ouverte: pour lui il parle du Dieu cosmique,c'est une toute autre dimension que, je cite Teilhard : "le christ des bénitiers " dont il parle quelque fois. Qui est le Christ, c'est le fils de Dieu officiellement. Est-ce que ce Dieu cosmique dans l'évolution est venu éclairer les consciences, il vient donner une semence qui va permettre à l'humanité de progresser vers les valeurs les plus fondamentales, une meilleure maitrise de sa liberté ?
 La parole du Christ a fait évoluer les choses,on ne peut pas le nier. Mais pour Teilhard il y a entre le Christ et Oméga (le point vers lequel se dirige l'évolution) une similitude tout à fait frappante. l'Oméga c'est l'attracteur de l'évolution.
 L'IDEE TRES ORIGINALE ET MODERNE DE NOOSPHERE
 La "noosphère" est un terme utilisé par Teilhard pour désigner l'aboutissement de l'évolution. C'ets à partir du moment où il y aura une sphère parfaitement unifiée, d'êtres humains qui eux mêmes s'appréciereront et penseront à Oméga, une sorte d'unanimité entre les Hommes ce n'est pas ce qu'on constate aujourd'hui.
 Cela vient du mot "noos" qui est l'esprit, l'intelligence,et cela veut dire qu'il y a une sphère de l'intelligence collective,qui rejoint un peu l'idée d'inconscient collectif de Jung sauf que ça le connote de manière positive à travers cette idée que la pensée va vers toujours plus de progrès. La "noosphère" telle que Teilhard l'utilise c'est un aboutissement.   


Lire les correspondances inédites de  Maxime NEMO avec

le Père TEILHARD DE CHARDIN avant son départ pour les Etats Unis et les confidences qu'il lui a faites sur son exil  et le devenir de ses oeuvres .

Les entretiens ont eu lieu Rue Monsieur le Prince à Paris en 1948. Nemo2


 Lire également l'article de Maxime NEMO : Présence de Teilhard de Chardin dans la revue EUROPE de 1965.

Repost 0
Published by maximenemo
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 17:36

Discothèque Maxime NEMO (Paris)

BACH

Concertos Brandebourgeois N°1 à 6

Orchestre de chambre de Stuttgart Dir. Karl Münchinger Decca EXT 5198-99

BACH

L’Art de la Fugue (enregistrement intégral aux Semaines Musicales de Royaumont)

Orcehestre de chambre Pro Arte de Munich (Dir. Kurt Redel)

Ducretet Thomson Lag 1075-76   Texte de Roger Cotte

BARTOK Béla

Musique pour cordes, percussion et célesta

Orchestre du Concertgebow d’Amsterdam ; Dir. Edouard Van Beinum Philips L004332

BARTOK 6 Quartets et 6 quatuors par le Ramor Quartett (Encyclopédie de la musique de chambre. VOX / VBX 19)

BARTOK

Concerto pour orchestre & Cantata Profana

Orchestre pro musica de Vienne , Dir. Heinrich Hollreiser.

BARTOK

Children and Womens Chorus ; Dir. Miklos Szabo (Hungaroton SLPX 1290)

BEETHOVEN

Concerto pour piano  N°3 Opus 37

Sonate N°7 en ré maj;N°8 en Ut min “Pathétique”;n°15 en ré maj. « Pastorale » ; n°23 en fa min. Apassionnata ; N°19 en sol min. ; n°20 en sol maj. N°24 en fa dièse « A Thérèse » ; N°26 en mi bémol « Les Adieux » ; N°27 en mi min ;

Piano : Wilhelm Kempf. (DGG)

Sonates pour piano n°28 op.101 et n°29 op.106 par Yves NAT (EMI C061/109 30/31)

Neuf symphonies : n°3,5,7,9  par Wilhelm Furtwaengler, Orchestre philarmonique de Vienne.

Concerto N°5 en mi bémol maj. Op.73 Piano : Edwin Fisher- The Philarmonia Orchestra.

Quatuor à cordes N°13 en si bémol op.130. Quatuor de Budapest (CBS S.72101)

Quatuor N°14, 16, 15 en la mineur op.132 . Quatuor de Budapest (Philips A01-198L/ A01 199 L)

Concerto pour violon par Christian ferras, Royal Philarmonic Orchestra Dir. Sir Malcolm Sargent.

Missa Solemnis Dir H.von Karajan Berliner Philarmoniker avec Gundula Janovitz et Christa Ludwig.

DEBUSSY

Quatuor en sol mineur ; Quatuor Loewenguth (DGG 18312)

MOZART

Quatuors N° 16 & 17 ; Quatuor à cordes de Budapest (Philips A 01202 L)

Concerto pour piano et orchestre n°17 KV 453, n°21 KV 467 Piano : Andor Foldes (DGG LM 18487)

Concerto pour piano et orchestre n°20 K.466 et n°23 K 488 par Clara Askil piano et Orchestre symphonique de Vienne (Philips A 00315 L)

RAVEL

Quatuor en fa majeur, Quatuor Loewenguth (DGG 18312)

L’œuvre pour piano2 : Sonatine, Pavanes, Valses nobles, Miroirs. Piano : Walter Gieseking (Columbia EMI 30027)

L’œuvre pour piano par Samson François Pathé Marconi 1967 (2904483/PM375)

L’œuvre pour orchestre : Boléro, Valse, Rapsodie espagnole) Dir. André Cluytens (Columbia FCX 913)

Pavane pour une infante défunte ; Dir. Charles Munch Orchestre symphonique de Boston.

Concerto pour la main gauche et Concerto en sol majeur par Daniel Wayenberg (Piano Pleyel) Orchestre Théâtre des Champs Elysées Dir. Ernest Bour.

 

ROUSSEAU

Le devin du village par l'Orchestre de chambre Louis de Froment

(Janine Michaeau (Colette) Nicolaï gedda, Michel Roux.  (PATHE DTX 211)

Le devin du village Orechestre de chambre Roger Cotte

Bernard Cottret , Ana Maria Mirand (Colette) serge Wilfart (Colin)(ARION ARN 38 157

 

 

STRAVINSKY

Le chant du rossignol Orchestre du Concertgebow d’Amsterdam Dir. Eduard Van Beinum (Philips L 00433 L

 

THEATRE EROTIQUE de la rue de la santé

Anthologie sonore de théâtre libertin Exemplaire numéro 802. Critère. Roland Douatte.

Texte de présentation d'Henri Monnier. L'Enfer de Joseph Prudhomme (La grisette et l'étudiant - les deux gougnottes )

Repost 0
Published by maximenemo
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 14:26

 

TITRE :   Un dilettante des lettres Maxime Nemo (1888-1975)

Auteur : Patrick Y CHEVREL

PLAN

Préface

Qui était Maxime NEMO ?

 

Chapitre I

 

Enfance perdue    (1888- 1890)

-        Naissance tourangelle : « Pour se perdre, hommage aux aïeux »

L’enfant prodige (1890  1908)

-        De Jean Clarétie à Henri de Régnier

-        De Sarah Bernhardt à la Reine Victoria

L’acteur  (1910 – 1914)

-        Le Théâtre du Château d’Eau avec Louis Jouvet

 

Annexes 1

 

Chapitre II

Le fondateur de « l’Ilôt »  (1920 – 1939)

-        La décade prodigieuse à travers la France 

-        Les cycles s’enchaînent : Conférences et témoignages sur « les fêtes de l’esprit »

-        La découverte du Maghreb (Algérie –« Alger Etudiant », Ibsen en Tunisie)

-        Le Mareynou en Dordogne (poèmes inédits)

-        Le Château Simone à Aix (témoins)

-        Art et Action avec Louise Lara

-        Autour de « Clarté » et « Monde » avec Barbusse et Bloch

 

 Annexes 2

 

 

Chapitre III

Un Journal  inédit (1939 – 1941)

-        « La nouvelle vie »

-        Autour de la revue Europe avec JR Bloch (La Mérigote )

-        Autour de René Gosse à Grenoble (la Villa Bérangère)

-        Un Tour de France malgré tout

-        Nouvelle vie clandestine 

 

Annexes 3

 

Chapitre IV

 

Le passeur de Rousseau (1947 – 1975)

-        La Société Rousseau de Montmorency

-        L’Association Jean Jacques Rousseau (Mauriac, Gide, Colette, Herriot, Carco, Bloch,…)

-        Correspondance avec Teilhard de Chardin

-        Le Bicentenaire de Rousseau

-        Le 250è Anniversaire de la naissance de JJ Rousseau (1712 -1962)

-        Colloque de Royaumont -1964 - 

-        Contact étrangers : Citoyen du Monde -Europe : Allemagne, Pologne, Italie, Angleterre , Uruguay , Japon...

 

Annexes 4.1

Annexes 4.2

       Chapitre  V

 

Nemo et la science

-        Jean Rostand

-        Jean Cuisenier

-        François le Lionnais

-        Docteur Jacques Ménétrier

-        Docteur Ernest Kahane

-        Docteur Jacques Borel

-        Jacques Monod et l’Institut Pasteur

 

        Chapitre VI

 

NEMO et la Poésie

-        Paul Valéry

-        Henri de Régnier

-        Ernest Perochon

-        Henri Vendel

-        Francis Jammes

-        Emile Verhaeren

-        Charles Vildrac

-        Pierre Menanteau

-        François Eon

-        Recueils inédits de poésies


Chapitre VII

 

Nemo et la Musique

-        Jean Richard Bloch et la musique

-        Georges Duhamel et la musique

-        Roger Cotte et les Opéras de Rousseau

-        Gilbert Houel et l’Orchestre National (Libération de Paris à l’ONF à la Rochelle)

-        De Wagner à Stravinsky : une discothèque idéale


Annexe : la discothèque de Maxime Nemo

 

Chapitre VIII

 

La bibliothèque itinérante

-        Les livres perdus

-        Fonds Poésie

-        Fonds Théâtre

-        Fonds Philosophie

-        Fonds germanique

-         

     Chapitre  IX

 

Les lieux   d’une vie

-        Scènes de la  retraite nantaise

-        La demeure de l’oncle de Victor Hugo …

-        Le « logis Chamborant » du Commandant

-        « Rousseau La paix la vie »  de Claude Sérillon.

-        Avec E.M  Cioran à bicyclette

 

 

     Chapitre   X

 

Les silences d’une vie…

-        Les silences sur son enfance « subie »

-        La descendance Claude et Christian Baugey

-        Antoinette Pègues (1909-1935)

-        La découverte du Maghreb (Poèmes Tozeur et Vers la Casbah )

-        La découverte de l’Allemagne d’avant guerre (Le Dieu sous le Tunnel)

-        L’Occupation

-        Hommages posthumes à Yvonne Nemo (amis proches et lointains ; Dansel et le Père Lachaise)

-        L’anonymat : ou comment l’on passe de Renou (un des pseudonymes de Rousseau)  à Baugey (nom du père adoptif) puis à « Nemo » nom de scène puis de plume.

-        La voix captée par les archives de l’INA : Conférences de « Radio Paris 1937 » aux entretiens de 1949 et 1962 sur Rousseau

 

Chapitre XI

 

Les contradictions d’une époque

-        Le refus de l’engagement politique

-        Les sphères d’influence : Vichy (Luchaire ) anticléricalisme (Mauriac et Teilhard)  (socialisme (SFIO, R.Gosse, L. Chirac, E.Testut ), communisme (JR.Bloch)

franc maçonnerie, gaullisme( R.Capitant ) ,protestantisme (E.Perochon)

-        Quel Occident ? Dans le sillage de P.Valéry ou de H. Massis.

Un récit inachevé : « Occident Terre de l‘homme »

 

Chapitre XIII

NEMO sur le Net

 

    

Conclusion 

-        Un parcours insaisissable à la poursuite d’un Humanisme forcené

 

Remerciements :

-        Du Bicentenaire au tricentenaire

-        Index des personnages cités

-    Envois et dédicaces de et à Maxime Nemo


Bibliographie NEMO

Repost 0
Published by maximenemo
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 14:25

Remerciements

 

Je voudrais particulièrement adresser mes remerciements à tous les témoins que j’ai pu contacter, comme la famille Testut de Razac sur l’Isle en Dordogne où les Nemo louaient le Mareynou et où furent écrits de nombreux textes lettres et poèmes dans les années 20-21, ; La famille Rougier du Château Simone à Meyreuil, où la famille Baugey-Nemo fut locataire au Montaiguet ; la famille Destouche qui se souvient de son illustre ancêtre de Troyes à Haïti, la famille Vendel et les héritiers du poète Henri Vendel; Madame Jeanne Debenest petite fille d’Ernest Perochon ;  

 Le poète Robert Guichet qui fut le trésorier de l’Association JJ Rousseau jusqu’en 1975, le Professeur et traducteur Horst Schumacher de l’Ecole Polytechnique et l’Université de Lyon III, qui est hélas décédé à Paris en mars 2011 et n’aura pas pu témoigner comme il le souhaitait si vivement sur ses étroites relations avec son ami Nemo.

Les Amis des Escholiers et d’Henri Davignon à Annecy, Daniel Lérault pour les Amis de Han Ryner, Frédéric Caby pour  les Amis d‘Henri Barbusse, les Amis de JR Bloch dont Philippe Niogret et surtout Alain Quella-Villéger à Poitiers, Marie Anne Roger de l’Association des amis de Teilhard de Chardin, Florence Berthoux et Françoise Colin pour la Société des auteurs de Bourgogne ; Sabine Coron, directrice de  la Bibliothèque Jacques Doucet pour le fonds Cioran, Nelly Kuntzman Conservateur en chef des Bibliothèques de l’Université de Provence, Marie Gabrielle Soret du département arts et Spectacles de la Bibliothèque Nationale de France (Richelieu) , France Chabod sur le Fonds Jean Bouhier à la Bibliothèque universitaire d’Angers ;Françoise Lagnau, responsable du pôle Littérature de l’Université de Lyon et du Fonds René Thomas Coële,  André Parisot , Directeur du centre Charles Péguy d’Orléans, Léon Strauss et  Françoise Olivier, spécialistes de l’Histoire de l‘Université de Strasbourg ;  Laurence Robin Bibliothécaire à Montmorency, Pierre Frédéric Charpentier, Historien des intellectuels de l’entre deux guerres ; Patrick Louvier, Historien à l’Université de Montpellier III Paul Valéry ;Olivier Prat Historien spécialiste du dialogue franco-allemand de 1919 à 1945 ; Maria Chiara Gnocchi de l’Université de Bologne pour sa grande connaissance des Editions Rieder et de Marcel Martinet, Paul Tutrone de la Bibliothèque de Neuchâtel, Danielle Bonnaud Lamotte, Chercheur au CNRS pour les heures passées à Marseille et à Paris sur un dossier jamais refermé sur l’entre deux guerres et sa parfaite connaissance du monde de Barbusse et de Péguy ; les bénévoles du CERMTRI de la Bibliothèque Gérard Bloch Paris Xè, pour le temps passé à rechercher des revues prolétariennes improbables du début du siècle ; Claire Paulhan de l’IMEC, Jean Pierre Louis des Editions du Lérot ; Edmond Thomas des Editions Plein Chant ; Fabrice Picandet de l’indispensable Blog egide sur André Gide ;

Tous les services municipaux de l’Etat Civil à Rodez, Dijon, Aix, la Roche sur Yon, Tours, Paris et les archives Départementales.

Sophie Bachmann et Anne Pavis des services des Archives sonores de l’INA et les équipes de Tolbiac.

Je ne pourrais hélas remercier de leur aide tous ceux qui auraient sans doute voulu témoigner  dans ce livre qui vient hélas trop tard, sans doute parce que le temps m’a jusqu’ici manqué pour déchiffrer toutes ces archives familiales enfouies dans un grenier ; que leurs mémoires soient ici saluées dans mes évocations et surtout pour tous ceux que j’ai connus lors de leurs séjours en pays nantais à  La Crétinière, à Paris, au siège de l’Association JJ Rousseau, ou lors de périples européens, je pense ici à EM Cioran. 

 

Repost 0
Published by maximenemo
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 14:25

CONCLUSION

 

« II faudrait au fond trois vies la première pour étudier, la deuxième pour jouir, et la dernière pour contempler. Ne me demande pas à quel stade j'en suis. L'effroyable est que je sais n'avoir qu'une vie. Alors je mêle tout. Quel gachis! »

Raphaël Lévy, héros du roman : Un Dieu sous le Tunnel (M. Nemo- Rieder Editeur -1927)

 

Après ce voyage dans le temps entre XIXè et XXè siècle sur les pas d’un inconnu pour beaucoup, sans doute faudrait-il relire les témoignages et remerciements de celles et ceux qui ont eu la chance de croiser un homme exceptionnellement ouvert à l’Autre, profondément humain et désireux de faire partager une expérience acquise et une passion immodérée pour les cultures dans un monde doux et amer pour paraphraser Suares. Tous ces témoins célèbres, inconnus  ou anonymes parfois, étudiants, enseignants, écrivains, poètes, journalistes,  sont venus témoigner de leur rencontre qui avec « l ’enfant prodige » qui avec le conférencier qui avec le philosophe de la cause rousseauiste et ont fait part de ce moment privilégié qu’ils ont eu de croiser la parole d’un grand humaniste.

Sans vouloir trahir les leurs, je voudrais ici répercuter l’unanime hommage à l’émotion et à l’enthousiasme de l’apôtre de ces manifestations artistiques ou fêtes de l’esprit où l’on célébrait le beau. « Vous vous répandez en province et je vous en félicite : vous n’y trouverez pas des foules, mais de fervents adeptes. Tant d’âmes ardentes y vivent dans le gris quotidien qui voudraient se réchauffer au soleil de l’art. Venez à elles, faites vous connaître et vous serez étonnés d’être compris… presque aussi bien qu’à Paris. Je vous y aiderai de mon mieux » écrivait l’Inspecteur d’Académie  d’Aurillac le  9 mars 1920.

« Je me rappelle vos représentations et vos conférences d’Agen (Le cloître de Verhaeren, Othello, etc ?) Vous m’avez gagné alors à vos conception et je vous ai su un gré infini de seconder notre effort pour ouvrir les âmes de nos fils et de nos filles à des formes nouvelles du sentiment, du beau. Ici à Bordeaux soit au lycée de jeunes filles, soit à l’école normale d’institutrices, vous avez toujours été grandement goûté et vous y êtes toujours impatiemment attendu.

Votre roman « un dieu sous le tunnel » vous a révélé à moi sous un aspect nouveau, encore que dans votre manière large d’envisager les grands et solidaires problèmes de la paix et de la démocratie, j’aie reconnu cette âme généreuse qui ne croit pas cesser d’être française en s’élargissant par delà les contingences, les préjugés, et les délimitations arbitraires.

Maintenant, vous formez le projet de réunir autour de vous quelques esprits libres de tous pays pour assurer le salut de l’esprit européen. Je voudrais avoir la force de vous y aider ».

L’inspecteur d’Académie de la Gironde  O.Auriac  - Bordeaux le 10 février 1929

Parmi les quatre vingt lettres reçues par sa veuve en septembre 1975, difficile d’en choisir une de Lise Jules Romains à Emil Cioran ou  Claude Lévi Strauss, toutes célèbrent l’intelligence et le cœur du disparu évoquant une anecdote toujours émouvante.

« C’était un écrivain de talent, un homme de cœur, une manière d’apôtre. Je me souviens du temps où sa parole, toujours bien gouvernée et stimulante, enrichissait la réflexion de nos élèves-maîtres. Je me souviens de son enthousiasme pour la pensée de JJ Rousseau. De ses ferveurs, que ses œuvres originales, prolongent. » Pierre Menanteau le 20 septembre 1975.

La poétesse Denise Laborde, amie de toujours a écrit de Sceaux en 1975 :

 In memoriam

Vers quels chemins inconnus de nos pas

S’est-il éloigné

Lui

Le vivant entre tous les hommes

Avec ses yeux et ses paroles de lumière

Et nous ne pouvions croire à son départ

Et sans fin nos regards cherchaient

A retrouver sa trace

Sa présence impérissable au creux du monde

Et voici qu’elle nous était rendue

A la mesure de la terre bien aimée

Puisqu’elle vivait maintenant de son souffle

Que ses arbres et ses ciels

Palpitaient respiraient de sa propre vie

Multipliée à leur image

Et telle qu’il en avait pour jamais

Inspiré l’enchantement.

Denise LABORDE

 (Sceaux, septembre 1975 )

 

 

 Il y a aussi des mots qui touchent par leur sincérité, émanant, du jardinier, des métayers, de ses médecins, dentistes, de  voisins anonymes…

Yvonne Nemo répondit à Michel DANSEL qui venait de  consacrer un article à Maxime NEMO dans son ouvrage sur le Père Lachaise (1)

Monsieur,

J'ai pris connaissance, il y a quelques jours de l'article que vous avez consacré à notre ami, Maxime NEMO, dans votre ouvrage "Au Père Lachaise".

Je prends la liberté de vous remercier pour avoir si justement rappelé "le profond témoignage d'existence" qu'il apportait. Susceptible d'apprécier toutes les richesses de la nature et de faire partager ses émotions à ceux qui l'approchaient, il avait une vision  métaphysique de l'univers qui engageait ses interlocuteurs à franchir des étapes, guidés en cela par sa culture philosophique dont l'expression poétique facilitait l'approche.

Vous rappelez avec raison sa définition de la vie envisagée comme "une vibration continue".

Nul mieux que lui n'était apte à en percevoir les nuances les plus subtiles;

Yvonne NEMO

(1)   AU PERE LACHAISE, Son histoire, Ses secrets, Ses promenades, par Michel Dansel, chez Fayard, Paris 1973 -1976.

Aujourd’hui, les derniers témoins de cette formidable aventure ne sont plus, ni ceux des débuts au théâtre, ni ceux de la période aixoise, quelques rares témoins à Meyreuil au Château Simone, à Razac sur Lisle en Dordogne ou à Paris peuvent attester de sa personnalité  fantasque  au charme  irrésistible. Il reste sa voix conservée dans les archives de l’INA dans des documents de 1947 (mais ses conférences de 1937 n’ont pas été enregistrées). Les premiers clichés datent de 1898 disant l’Aiglon devant la Reine Victoria, ses rencontres avec Loti ou Sarah Bernhardt dorment hélas dans des archives et sans doute pour toujours.  

Repost 0
Published by maximenemo
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 14:24

INDEX DES NOMS D’AUTEURS DANS LES ARCHIVES DE  MAXIME NEMO

 

NOM

Correspondance

Journal

Autre

ABRAHAM Pierre

 

 

 

ARON Raymond

 

 

 

AURIAC

X

 

Dédicace

BARBUSSE Henri

 

 

Dédicace

BAUGEY Christian

X

 

 

BAUGEY Claude

 

 

X

BEARN Pierre

X

 

 

BENDA Julien

 

 

 

BERGSON Henri

 

 

 

BERL Emmanuel

 

 

 

BERNHARDT Sarah

 

 

 

BERTHELOT René

X

 

 

BILLY André

 

 

 

BLOCH Jean Richard

X

 

 

BRUNCHWICG Léon

 

 

 

CAIN Julien

 

 

 

CAPITANT René

 

 

X

CARCO Francis

X

 

 

CARCOPINO Jérôme

 

 

 

CARREL Alexis

 

 

 

CHANCEREL Léon

 

 

 

CHENNEVIERES

X

 

 

CHEVALLIER Simone

X

 

 

CHIRAC Louis

 

X

 

CIORAN Emil

X

 

 

CLARETIE Jean

 

 

 

CLAUDEL Paul

 

 

 

COLETTE

 

 

 

COPEAU Jacques

 

 

 

COPETTI-BURLA

X

 

 

COQUELIN L’Aîné

 

 

 

CORNELOUP Jean

X

 

 

COTTE Roger

X

 

 

CUISENIER André

X

 

 

DALGUES Georges

X

 

 

DANTES-DESTOUCHES

X

 

 

DAVIGNON Henri

X

 

 

DIVOIRE Fernand

 

 

 

DUHAMEL Georges

 

 

 

ELIADE Mircea

X

 

 

ELIOT  T.S.

 

 

 

EMERY Léon

X

 

 

EON Francis

X

 

 

ESCHYLE

 

 

 

FABRE Jean

 

 

 

FABRI Marcello

 

 

 

FAVARGER Philippe

X Avocat Neuchâtel

 

 

GENEVOIX Maurice

X

 

 

GIDE André

X

 

 

GOETHE

 

 

 

GOSSE René & Lucienne

X

 

dédicace

GOUZE Antoine

 

 

 

GROSCLAUDE Pierre

 

 

 

GUEHENNO Jean

 

 

 

GUICHET Robert

X

 

 

HOUEL Gilbert

X

 

 

JEANSON Henri

 

 

 

JOUVENEL Bertrand de

 

 

 

JOUVET Louis

 

 

 

KAHANE Ernest

X

 

 

LABORDE Denise

X

 

 

LANGEVIN Paul

 

 

 

LARA Louise

x

 

 

LEBRUN Annie

X

 

 

LE LIONNAIS François

X

 

 

LEVI-STRAUSS Claude

X

 

 

LOTI Pierre

 

 

 

LUCHAIRE Jean

 

 

 

MALLARME Stéphane

 

 

 

MARITAIN Jacques

 

 

 

MARTINET François

 

 

 

MAURIAC François

X

 

 

MENANTEAU Pierre

X

 

 

MILLEQUANT-LICHTENTHAL

 Maria Carla

X

 

 

MIRANDE Jean

 

 

 

MOCKEL Albert

 

 

 

MONNIER Adrienne

X

 

 

MONOD Julien Pierre

X

 

 

PANAïT ISRATI

 

 

 

PANHELEUX  Anne Marie

X

 

 

PAULHAN Jean

X

 

 

PEGUY Charles

 

 

 

PERCHERON René

X

 

 

PERROCHON Ernest

 

 

X Dédicace

PICART LEDOUX

X

 

 

RIEDER Frédéric

 

 

 

ROBERT E.M.

X

 

 

ROLLAN Henri

 

 

 

ROLLAND Romain

 

 

 

ROMAINS Jules

X

 

 

ROSTAND Edmond

 

 

 

RYNER Han

 

 

 

ROUSSEAU Jean Jacques

 

 

 

ROUSSEAUX André

 

 

 

SAMAIN Albert

 

 

 

SCHUMACHER Horst

X

 

 

SECRETAIN Roger

X

 

Dédicace

SERILLON Claude

X

 

Article

TEILHARD de CHARDIN

X

 

 

VALERY Paul

 

 

 

VERHAEREN Emile

 

 

 

VENDEL Henri

X

 

Dédicace

VERNIERES Paul

 

 

 

VICTORIA  Reine

 

 

 

VILDRAC Charles

X

 

Dédicace

WAGNER Richard

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by maximenemo
commenter cet article
19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 14:23

Envois autographes extraits de la Bibliothèque de Maxime Nemo

1923 VILDRAC Charles « A Maxime Némo en toute estime et bien fraternellement » (dédicace de Michel Auclair, pièce en 3 actes NRF 1923)

1925 AUTIN Albert « Voici cher monsieur et ami, ce petit livre qui a réuni les suffrages délicats il y a quelques années. Il me serait agréable qu’il obtînt le vôtre parce que j’y attache du prix. Tel quel et sans préjuger votre sentiment, acceptez en l’hommage cordial. Bien sympathiquement. » l’Anathème Ed. Ollendorff Dijon 8 septembre 1925

1927 MASSIS Henri Jugements de Maxime Nemo sur Massis et Valéry « Défense de l’occident ».

1931 BURNIAUX Constant « A Maxime Nemo Hommage de sympathie et d’admiration » Constant Burniaux auteur de la Bêtise (Rieder 1925) Crânes tondus (Renaissance di Livre 1930)

1931 BLOCH Jean Richard «  A Maxime Nemo qui en sait davantage sur le théâtre que tout ce qu’on pourrait lui en dire. Affectueusement ». Destins du Théâtre NRF -JR Bloch, la Mérigote 3 mars 1931

« Après l’avoir entendu parler d’Hamlet, l’avoir suivi sur les cimes d’Hamlet, en toute humilité».Offrande à la musique NRF mars 1931

« A Maxime Nemo en cordial souvenir » Destin du siècle –Seconds essais pour mieux comprendre mon temps. JR Bloch –la Mérigote le 7 mars 1931

1933 BLOCH Jean Richard « A Madame Nemo, A Maxime Nemo, En souvenir de tous ces grands amis qu’il amène avec lui dans ses gentilles visites. En souvenir des heures mérigotines où nous les avons eus ».Sybilla l’Aigle et Ganymède NRF 1933

1933 LEGAUT Marcel « A Monsieur Maxime Nemo. Hommage d’homme à homme à la recherche de la vie. » Prières d’un croyant Vie chrétienne Grasset 1933

1934 VERCEL Roger « Pour Maxime Nemo dont j’ai vivement admiré le talent et la magnifique ferveur, cette histoire d’un homme vivant en gage de très riche sympathie » Capitaine Conan –Albin Michel

1937 SECRETAIN Roger « A Maxime Nemo, pèlerin de l’humaine poësie en souvenir et en remerciement de ses belles conférences dramatiques et avec mon amitié » Destins du poète (Rieder )

1938 MENANTEAU Pierre « A Monsieur Maxime Nemo, ces poëmes et chansons de jeunesse, en souvenir de nos rencontres, et en témoignage de toute ma sympathie, et de mon admiration pour son beau talent et son effort d’art si noble et si désintéressé. » -Quand la feuille était verte (1928)

1939 MENANTEAU Pierre « A monsieur Maxime Nemo, ami des poètes et de la poésie avec mon bien cordial souvenir » L’Arbre et la maison ( les Carnets de l’Oiseau mouche) Pierre Menanteau –Evreux le 20 juillet 1939

1940 CUISENIER André « A Maxime Nemo qui a bien « mérité » de Chennevière. Très amicalement. » Georges Chennevière –le Cycle des fêtes –Poèmes –Préface de Jules Romains.

1941 ROMAINS Jules « A Maxime Nemo que je suis bien heureux de connaître enfin personnellement, son très cordial (plein d’espoir) Jules Romains » Message aux Français. New York 1941

1942 VENDEL Henri « A Maxime Nemo ces humbles poèmes qui cesseraient de me paraître médiocres s’ils étaient interprètés par son talent magnifique, en toute amitié. » « La Couronne d’épines » René Debresse Editeur 15 février 1942.

1945 VENDEL Henri « A mon ami Maxime Nemo ces chants d’un prisonnier qu’il contribua à faire libérer. En très cordial hommage. » Chants de Couvre feu (Ed. du pavois 1945)

1946  GUICHET Robert & CONEM Francis B. « A Maxime Nemo » Gerbe-le Borée Cahier des Amis de Han Ryner N°1 -1er Trimestre 1946

1946 EON Francis « A Maxime Nemo , de tout cœur- Poitiers » Le Tiers Livre de Monelle Le Divan 1944

1948 CUISENIER André « A Maxime Nemo bien qu’il connaisse à fond ce « poète inconnu », très amicalement ;  à Mme M.Nemo respectueux hommage » Jules Romains et l’Unanimisme- L’Art de Jules Romains Flammarion 1948

1948 ELIADE Mircea « Techniques du yoga » La Montagne Ste Geneviève – NRF Gallimard 1948

1949 DESCAVES Pierre « A Maxime Nemo, Son ami Pierre Descaves  » « mes Goncourt » Calmann lévy 1949 Préface de Lucien Descaves

1949 VILDRAC Charles « Au cher maxime Nemo, homme de foi inlassable dont j’admire l’œuvre faite action, avec la vieille affection de son ami »  « D’après l’écho » (Albin Michel 1949)

1949 ELIADE Mircea « A mon ami Maxime Nemo, ce mythe périmé, prétexte de nouvelles conversations… Mircea Eliade  Juin 1949 » – Le Mythe de l’Eternel retour  (NRF )

1949 ELIADE Mircea Entretiens avec Maxime Nemo en 1946 - Traité d’Histoire des Religions Bibliothèque Scientifique Payot 1949)

1950 PICART LE DOUX Charles « A la toute si aimable Yvonne, à maxime de tout cœur –leur vieil ami Picart le Doux. » Nacres –Thrènes et Poèmes Paris 1954 à Jules Romains Exemplaire 14/50

1953 LELAY Yves « Métamorphose de l’âme et ses symboles » (Ed Georg Genève 1953)

1954 CUISENIER André « Au cher Maxime Nemo, en souvenir de tant de réunions H.B.V. et en souhaitant que de nouveau il y atterrisse. Bien sympathiquement. » « Jules Romains et les Hommes de Bonne volonté » (Flammarion 1954.)

1954 PICART LE DOUX Charles « A Yvonne, à Maxime, de tout cœur, leur vieux père » « Monelle de Montmartre » 1953

1956 JACQUES Lucien « A toi, vieux frère Charles et à toi Rose ce souvenir de garnison avec mon affection. Lucien ». La Marche Militaire 1956

1956 PICART LE DOUX Charles « Pour Yvonne, à Maxime Nemo avec la vieille et sincère amitié de Picart le Doux ». « Discrédit » Poèmes Michel Brient Editeur 1956

1956 LELAY  Yves « L’énergétique psychique » » Université Georg- Genève 1956

1957 FOUCHER JP « Pour Maxime Nemo. Pour lui, vive la joie que me donne ce soir sa visite en bien cordiale pensée, ce miroir du feu où se métamorphosent visages et paysages. » « Miroir du feu » (Sylvain Chiffoleau -Nantes 1957

1958 MENETRIER Jacques « A l’ami Nemo, cette nouvelle étape dont il connaît l’essentiel. En toute amitié. » Ce monde polarisé Julliard 1958

1959 MENETRIER jacques « A l’ami Nemo ces nouveaux essais sur « tout le monde- En affectueux souvenir. » « L’Homme quelconque » Julliard 1959

« A mon ami Nemo, cette Incertitude où nous nous sommes rencontrés, pour longtemps j’espère, en très affectueux hommage ».  « Eloge de l’incertitude » (la Colombe)

1959 VILDRAC Charles « A mon cher Maxime Nemo, ce « Vildrac » comblé et accablé de fleurs, d’un cœur fidèle et chaud. » Poètes d’aujourd’hui (Seghers 1959)

1960 LELAY Yves « Problèmes de l’âme moderne » Buchet Chastel Corrêa 1960

1962 MENETRIER Jacques (Dr) « Ce dernier ouvrage sur notre temps ? En affectueux hommage ». « les Vieillissements » la Colombe 1962

1962 BOREL Jacques Dr.  « A M. Maxime Nemo qui retrouvera Jean Jacques avec Julie et Saint preux dans ce verger. Très amical hommage. » « Le Lys dans la vallée (José Corti 1961)

1962  KAHANE Ernest « A Monsieur Maxime Nemo. Président de la Société JJ Rousseau, dans l’espoir de l’intéresser et peut-être de le divertir ». La Vie n’existe pas (Editions Rationalistes 1962)

1964  MENETRIER Jacques « A l’ami Nemo tel qu’en moi-même - Affectueusement. » « Mon Socrate – la Colombe 1964

1965 GUICHET Robert « A madame Nemo et à vous mon cher ami, ce « Partage d’aimer » dans lequel vous êtes pour une grande part, avec toute mon affection et ma reconnaissance ». « Partage d’aimer » Préface de Charles Vildrac. Edition Subervie (Rodez 1965)

1968 GUICHET Robert « Pour Yvonne Nemo, pour Maxime Nemo, que j’aime ; en souhaitant qu’ils parcourent avec plaisir et en toute poésie, très affectueusement. » « L’Ile intérieure » Editions Subervie Rodez 1968.

1969 CORNELOUP Jean « Deux essais I sur l’Alpha II sur la Prémonition » (Librairie Vega 1969)

1970 CUISENIER André : « Au cher Maxime Nemo retrouvé et à madame Maxime Nemo. Bien amicalement. » Georges Chenevière par André Cuisenier. Préface de Jules Romains (Poètes d’Aujourd’hui -Seghers 1969)

1971 – POMIER Jean « A vous, bien cher ami Nemo, ces deux poèmes, l’un pour une résurrection, l’autre pour une rédemption (et sans doute pour aussi vous prouver tous les deux que l’arbre « poèmier » perd ses feuilles ! En fidèle souvenir ». Deux poèmes pour une marche à l’étoile –Ed.Privat  7 avril 1971

1972 POMIER Jean « A Maxime Nemo. A vous cher ami d’antan…. D’un temps où en Alger, « Dieu n’était pas sous un tunnel » mais…. A l’air libre ! Hélas, depuis….. ! » «  Chroniques d’Alger » –(1910-1957) La Pensée Universelle 1972.

1972 – BEARN Pierre « Pour mon cher Maxime Nemo, ce voyage dans les paysages intimes d’un poète. Avec toute ma sympathie. » Pierre Béarn. Poètes d’Aujourd’hui Seghers 1972.

1973 DURAND Jean Arnaud « A Maxime Nemo, en souvenir des H.B.V. En toute amitié ». « Florilège établi par pierre Menanteau. Présentation de Charles Vildrac (L’Amitié par le Livre 1973)

1974 – CHEVALLIER Simone « Pour Maxime Nemo dont la pensée rajeunit le monde et lui rend l’espoir. En toute admiration ». « Combien de temps encore ». La Voix des Poètes Paris le 25 janvier 1974

1978 ELIADE Mircea « l’Epreuve du Labyrinthe » Entretiens avec Claude Henri Rouquet dédicacé à EM Cioran (Belfond Editeur1978)

 

 

Repost 0
Published by maximenemo
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de maxime nemo
  • Le blog de maxime nemo
  • : La biographie détaillée de Maxime NEMo (1888-1975) secrétaire général de l'Association JJ Rousseau de 1947 à 1975 . Nombreux textes inédits.
  • Contact

Recherche

Liens